Du 25 au 31 août 2014

Le dicton du jour : « Lune brillante et blanche en même temps, promet plusieurs jours de beau temps ; »

Le prénom de la semaine : SABINE

Le prénom Sabine est un prénom d'origine latine qui vient des Sabins, ancienne tribu du centre de l'Italie. Un épisode légendaire de l'histoire romaine raconte comment Romulus et ses hommes, qui manquaient de femmes pour assurer leur descendance, enlevèrent plusieurs dizaines de jeunes Sabines. Une guerre s'ensuivit, qui se termina par un traité d'alliance entre les deux peuples : ils finirent par fusionner.

Sabine et sa forme masculine, Sabin, fut un prénom assez répandu dans l'Antiquité et au Moyen Âge. Il disparut ensuite et ne réapparut qu'au 17ème siècle. Il est depuis en usage régulier, bien que peu fréquent, dans plusieurs pays européens, en particulier en Allemagne. En France, il eut un certain succès entre 1950 et 1980.

Sainte Sabine, honorée le 29 août, était une riche romaine du début du 4ème siècle. Elle légua à la communauté chrétienne la grande propriété qu'elle possédait sur la colline de l'Aventin. On y construisit plus tard, en sa mémoire, une belle église qui attire aujourd'hui de nombreux touristes.

Ce jour-là : Naissance des auberges de jeunesse

Le fondateur du mouvement des Auberges de Jeunesse est un instituteur allemand, Richard Schirrmann. Il emmenait souvent sa classe en excursion et en randonnée. Ces sorties pouvaient durer plusieurs jours, et Schirrmann et ses élèves dormaient alors dans des fermes. Au cours de l’une des ces sorties, le 26 août 1909, le groupe fut surpris par l’orage. Ils trouvèrent finalement refuge dans une école, dans la vallée de Bröl. Le directeur leur permit d’utiliser une salle de classe et un fermier leur donna de la paille pour dormir et du lait pour le dîner. A partir de là, Schirrmann pensa que les écoles allemandes pouvaient parfaitement servir de lieu d’hébergement pendant les vacances. La première véritable auberge ouvrit en 1912, installée dans le vieux château d’Altena, dans l’ouest de l’Allemagne. Le concept eut immédiatement du succès et le mouvement se développa rapidement en Allemagne mais aussi en Europe. Au début, les associations des différents pays n’avaient que peu de contact entre elles, mais en 1932 eut lieu la première conférence internationale qui se déroula à Amsterdam, le mouvement commença à se répandre aux USA et bientôt, une fédération vit le jour…

Avec le temps, le concept des auberges a évolué, elles se sont adaptées aux changements de la société et se sont de plus en plus modernisées. On est désormais bien loin des dortoirs de fortune aménagés dans des écoles pendant la période estivale ! Elles sont généralement ouvertes toute l’année, disposent d’infrastructures et d’équipements modernes, accueillent les voyageurs sans limite d’âge en leur garantissant des prix abordables et un service de bonne qualité, avec en plus une atmosphère unique.

Trucs et astuces : Si vous avez oublié des pommes et qu’elles sont toutes ridées, plongez-les un moment dans de l’eau très chaude, elles redeviendront lisses.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Bouchées au bacon

Ingrédients pour 4 personnes :1 œuf ; 70 g de farine ; 125 g de lait demi-écrémé ; sel et poivre ; une pincée de curry ; 70 g de bacon ; 40 g de gruyère râpé.

*Coupez votre bacon en petits morceaux ; Mélangez l’œuf, la farine et le lait, ajoutez-y le curry,

*Mettez vos petit morceau de bacon dans des moules à muffin, ajoutez-y la pâte,

*Parsemez vos petites bouchées de gruyère râpé,

*Faites cuire au four pendant 10 minutes à 200°C

Le saviez-vous ? CNN nous révèle qu’un adolescent américain de 14 ans a trouvé le moyen de faire faire de substantielles économies à son collège, en changeant simplement de police de caractère lors d'une impression. Réduire la consommation d'encre limite forcément l'achat de nouvelles cartouches. Après avoir soigneusement étudié la consommation d'encre des grandes polices de caractères, le jeune homme a constaté que la "Garamond" est la police la moins gourmande. Des calculs ont été immédiatement réalisés et révèlent qu’abandonner "Times New Roman" au profit de "Garamond", pourrait faire économiser presque 470 millions de dollars par an, au gouvernement américain !

Une remarque qui pourrait faire économiser sur les frais de fonctionnement des entreprises : aux USA "l'encre coûte deux fois plus cher qu'un parfum français", (le prix de Chanel n° 5 est de 38 dollars les 30 ml, alors que la quantité équivalente d'encre pour une imprimante Hewlett-Packard peut valoir jusqu'à 75 dollars).

En France,  la commune de Saint-Maurice-Montcouronne, en Essonne a relevé le défi et espère ainsi diminuer de 24 % la consommation d’encre d'encre en changeant les caractères utilisés dans les documents de la mairie, ceux-ci restants,  aux dires des administrés, aussi lisibles qu’avant.

Polices

Origine de l’expression : Parler à la cantonade

Cette expression qui signifie parler sans s’adresser à quelqu’un en particulier, nous vient du monde du théâtre. Au 17ème siècle, le mot cantonade désigne d'abord les côtés de la scène où, à l'époque, sont assis les spectateurs privilégiés. Puis, quand ces emplacements ne furent plus occupés par des spectateurs, le mot finit par désigner les coulisses.
La locution à la cantonade apparaît au milieu du 18ème siècle. Il s'agit alors d'un jeu de scène où l'acteur fait semblant de s'adresser à quelqu'un qui reste invisible, car placé dans les coulisses.

Le sens actuel est une métaphore venue de cet emploi théâtral.. La personne qui parle à la cantonade dans une assistance nombreuse, ne vise pas un interlocuteur précis,  et n’en attend aucune réponse.

Jeu : Anaphrases

Pour donner un sens à la phrase ci-dessous, il faut remplacer les pointillés par des anagrammes formés de toutes les lettres des tirages correspondants.

 Sur Minitel, on pouvait aussi ............ sans idée de ..........

Tirage : A D E G I L O R U.

Solution du jeu de la semaine dernière : Bravo à Mimi qui avait trouvé les deux mots de la phrase:

Le téléphone marchant mal, il faut RECOURIR au COURRIER.

Du côté de chez… MONET

Au cœur de Giverny, petit village de l’Eure en Haute-Normandie, se trouvent la maison et le magnifique jardin d’un de nos plus grands peintres impressionnistes, Claude Monet.

Monet s’installe à Giverny en 1883 et loue une maison qu’il achètera en 1890. Pendant plus de quarante ans, jusqu’à sa mort en 1926, Monet vécu en famille à Giverny, qui fut à la fois sa demeure, son lieu de création, et son œuvre. Passionné par la nature et aimant peindre en plein air, il va transformer le verger en jardin fleuri et fera aménager le Ru, petit affluent de l’Epte, pour établir un étang qui lui inspirera quelques uns de ses plus grands chefs d’œuvre, le plus connu étant la série des célèbres « Nymphéas ».

Aujourd’hui la maison, qui a conservé l’agencement d’autrefois, abrite notamment son salon-atelier et son exceptionnelle collection d'estampes japonaises. Les jardins sont composés du Clos Normand, conçu comme un tableau avec des ses parterres de fleurs, masses colorées qui changent au fil des saisons, et du Jardin d'Eau, planté de végétaux orientaux et de saules pleureurs, avec son pont japonais peint en vert et ses nymphéas.

Monet disait : « Je dois peut-être aux fleurs d’avoir été peintre. »

Giverny_-_maison_Claude_Monet01         giverny

 

La phrase de la semaine : Les petites choses n'ont l'air de rien mais elles donnent la paix. (Georges Bernanos)