du 21 au 27 juillet 2014.0

Le dicton du jour : « Le matin, ciel blanc est signe de beau temps. »

« Ciel rose à la fin du jour, du beau temps promet le retour. »

Le prénom de la semaine : NATHALIE

À Cordoue, en Andalousie alors musulmane, en l'an 852, Nathalie subit aussi le martyre avec Aurèle, son mari. Leurs reliques ont été transportées à Saint Germain des Prés, à Paris, en 858. La fête des Nathalie est célébrée le 27 juillet.

Ce jour-là : Naissance d’un conquérant de légende : « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort »

Alexandre le Grand, est né le 21 juillet 356 av. JC à Pella. Roi à 20 ans, à la mort de son père Philippe II de Macédoine, il eut comme précepteur Aristote et c’est donc un "barbare" fortement empreint de culture grecque.

Il se révèle être un roi ambitieux décidé à conquérir le monde. Séduisant, énergique, intempérant et brutal, mais aussi cultivé et fin politique, en une dizaine d’années, il va transformer son petit royaume de Macédoine en un immense empire allant de l’Égypte aux portes de la Chine, tout en restant invaincu sur les champs de bataille tout au long de sa vie. Il conquiert l’Égypte (où il fonde le port qui porte toujours son nom, "Alexandrie"), puis la Mésopotamie, la puissante Perse et l’Asie Centrale. Cette marche vers la conquête s’arrête lorsqu’il franchit l’Indus. Malgré la conquête du nord-ouest de l’Inde, ses soldats, épuisés, refusent de le suivre.

Après dix années de guerre (entre 334 et 325 av. JC), il décide de rentrer à Babylone.
Le 30 mai 323 av. JC, après une soirée orgiaque, il est pris d’une violente fièvre, qui l’emportera en une dizaine de jours. Il meurt le 13 juin 323 av. J.-C, il a 32 ans. Une hypothèse, invérifiable de nos jours, fait état d’un empoisonnement et entretiendra de nombreuses légendes.

Son gigantesque Empire ne lui survivra pas. Dès sa mort, il sera partagé entre ses généraux. Le mythe du conquérant sera entretenu par les historiographes occidentaux mais aussi orientaux. Voulant être considéré comme un dieu, Alexandre y est presque parvenu puisqu’il a réussi à figurer dans les deux grands livres saints, la Bible et le Coran…

                                                                                           Alexandre le Grand

 

Trucs et astuces : Pour éplucher l’ail sans difficulté il suffit de tremper les gousses  dans de l’eau très chaude juste avant de les éplucher. La peau partira beaucoup plus facilement, et ne collera plus vos doigts !

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Mousse de courgettes au pesto et aux pignons.
Pour 4 personnes, il vous faut : 2 courgettes ; 2 c. à soupe de pesto ; 50 g de parmesan ; 2 c. à soupe de crème fraiche épaisse ; 20 g de pignons de pin ; quelques feuilles de basilic ;sel et poivre .

*Lavez les courgettes et débitez-les en petits cubes, faites-les cuire 5 minutes à la vapeur. Elles doivent être croquantes, égouttez-les soigneusement.

*Râpez le parmesan.

*Placez les courgettes dans le bol d'un robot avec le pesto, le basilic frais, la crème fraiche et le parmesan. Mixez grossièrement, salez et poivrez. Versez dans un bol et gardez au frais sous un film alimentaire.

*Faites griller les pignons de pin à sec dans un poêle à revêtement antiadhésif. Répartissez la mousse de courgettes dans 4 petits bols ou 4 verres. Parsemez de pignons grillés, servez très frais.

Le saviez-vous ? Les blockbusters de l’été

Pour comprendre la coutume hollywoodienne de sortir pendant la période estivale, où le spectateur a envie de se détendre, des films à gros budget et qui sont censés rapporter gros, il faut remonter aux premières applications de rafraîchissement d’espaces occupés par des humains, dans les années 20.

Le mot blockbuster, littéralement « qui fait exploser le quartier » en référence à la plus puissante bombe utilisée lors de la deuxième guerre mondiale, était à l'origine un terme du jargon théâtral américain qui qualifiait une pièce remportant un succès important. Un blockbuster serait donc une pièce qui mènerait à la ruine tous les autres théâtres du voisinage .

Quand Willis Carrier invente le premier système de réfrigération centrifuge, il le rend publique en 1925 et persuade la Paramount de l’installer dans une salle de spectacle. Les newyorkais n’ayant pas encore accès à cette technologie qui fait maintenant partie de notre quotidien, prendront l’habitude, dès lors, de s’installer dans les salles de cinéma climatisées durant les chaudes journées d’été. Et les producteurs auront l’idée de leur proposer leur film-événement, en général attendu depuis des mois.

Le premier « blockbuster de l’été » de l’histoire, est dû à un jeune réalisateur de 27 ans, Steven Spielberg, qui en juillet 1975, propose « Les Dents de la Mer », simultanément sur près de 500 écrans en Amérique et va pulvériser tous les records de recettes.

les Dents de la Mer

Origine de l’expression : Croquer le marmot.

Cette expression, qui signifie patienter longuement, en se morfondant, date du 16ème siècle. Mais il ne s’agissait nullement de croquer un enfant, car à cette époque le marmot était le montant des portes qui possédait une cloche ou un heurtoir et croquer signifiait frapper. En effet, un croque-note était un mauvais musicien, par exemple, et le jeu de croquet tire son nom du verbe avec cette acception.

Alors croquer le marmot voulait simplement dire « frapper le heurtoir d'une porte » devant laquelle on pouvait attendre très longtemps et frapper sans relâche si elle restait désespérément close.

Jeu : Charade :

Mon premier a un point ;
Mon second contient quelque chose ;
Mon troisième est un son énervant ;
Mon quatrième est un pronom personnel ;
Mon tout est à double face.

Qui suis-je ?

Solution du jeu de la semaine dernière  qui était en fait une astuce: on ne dira en effet  ni l’un ni l’autre, car les corbeaux sont noirs !

 Du côté de chez… MONTESQUIEU

C’est dans le château de La Brède, situé à 20 km au sud de Bordeaux, que naquit le 18 janvier 1689, Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, plus connu sous le nom de Montesquieu.

Edifice exceptionnel sur le plan historique, architectural et naturel, le site est classé au titre des Monuments historiques depuis 1951. Edifié au début du 14e siècle sur les ruines d’une construction plus ancienne, remanié à partir de la Renaissance, il a conservé son caractère de forteresse, atypique par sa forme polygonale qui se reflète dans l’eau des larges douves qui l’entourent. On accédait au château par trois ponts-levis, aujourd’hui remplacés par trois passerelles en bois qui permettent de franchir les douves où paressent d’énormes carpes.

Très attaché au château familial de La Brède, Montesquieu y séjourna régulièrement. Il  y retrouvait le bonheur d’une vie simple et un environnement propice à la réflexion et à l’écriture. Montesquieu y rédigea une partie de son œuvre De l’Esprit des lois. Sa bibliothèque, remarquable salle de 216 m², voûtée en berceau, comptait plusieurs milliers d’ouvrages à l’époque de Montesquieu.

Le château a été édifié au cœur d’un domaine arboré d’environ 150 hectares. Un parc, aménagé par Montesquieu, entoure le château de ses vastes pelouses ombragées par de magnifiques arbres d’ornements. « «Ne voudriez-vous pas voir […] le château de La Brède, que j’ai si fort embelli depuis que vous ne l’avez vu ? C’est le plus beau lieu champêtre que je connaisse», écrivait Montesquieu à un ami.

Jacqueline de Chabannes, descendante de la plus jeune fille de Montesquieu, résida au château de La Brède jusqu’à son décès en 2004. Sans descendants, elle a souhaité que le domaine reste ouvert au public et a pour cela créé la Fondation Jacqueline de Chabannes, destinée à préserver et faire découvrir ce patrimoine.

La Brède

La phrase de la semaine :L'homme devrait mettre autant d'ardeur à simplifier sa vie qu'il en met à la compliquer. (Henri Bergson)