Le dicton du jour : « Les plantes poussent plus en une nuit de mai qu’en dix d’avril. »

Le prénom de la semaine : SOPHIE

Prénom d’origine grecque issu du nom commun sophia qui signifie "sagesse".

Le prénom Sophie a connu un grand succès en France, en partie grâce au roman de la Comtesse de Ségur "Les malheurs de Sophie" au début du 19ème siècle, mais le prénom Sophie existait depuis bien longtemps et il était particulièrement répandu dans les contrées grecques et latines sous l'Antiquité. Ce prénom est porté actuellement par environ 235 000 personnes en France et figure au top 200 national.

Le 25 mai, on honore sainte Madeleine-Sophie Barat qui fonda, en 1800, la congrégation des sœurs du Sacré Cœur.

Ce jour-là :Un nouveau regard sur l’Univers

Alors que depuis Ptolémée et Aristote la Terre est placée au centre de l’Univers (géocentrisme), au tout début du 16e siècle, le Polonais Nicolas Copernic élabore une autre théorie : la Terre tourne sur elle-même et, comme les autres planètes, elle tourne autour du Soleil (héliocentrisme). A l'époque, cette théorie ruine les certitudes des théologiens : la Terre, et l'homme ne sont plus le centre de l'univers ! Homme sage et prudent, connaissant bien l'église, Copernic ne publie pas sa théorie de son vivant. Il confie son livre "De Revolutionibus Orbium Coelestium" à un ami lui demandant de le publier au moment de sa mort, le 24 mai 1543
Les travaux de Copernic sont à l'origine de la révolution scientifique du 17e siècle poursuivie par Kepler et Galilée.
En fait, 18 siècles avant Copernic, le Grec Aristarque de Samos (310-230 av J.-C.) avait déjà imaginé une représentation héliocentrique de l'univers. Il avait également remarqué le mouvement de la Terre sur elle-même.

Timbre émis en 1974

Copernic

Trucs et astuces : Pour enlever une tâche de cerise sur du tissu, il suffit de le faire tremper dans du lait, toute la nuit si possible. La tache aura disparu !

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Bouchées soufflées de purée, jambon cru et emmenthal.

Pour 4 personnes, il vous faut : 800 g de pommes de terre ; 4 tranches de jambon cru ; 75 g. d’emmental râpé ; 10 cl de lait ; 2 œufs ; 1 bouquet de ciboulette ; 1 c. à café de Moutarde de Dijon ; 30 g de beurre ; sel

*Préparez la purée comme suit ou utilisez un reste de purée.

Pelez les pommes de terre et couper-les en gros morceaux. Rincez-les.

Mettez-les dans une casserole d’eau froide salée.

Portez à ébullition et faites cuire 25 minutes.

*Pendant ce temps, lavez, séchez, effeuillez et ciselez la ciboulette.

*Coupez les tranches de jambon en fines lamelles.

*Égouttez les pommes de terre et écrasez-les à la fourchette dans un saladier avec la moutarde.

*Séparez les jaunes de blancs d’œufs. Ajoutez les jaunes à la purée, la ciboulette, les lamelles de jambon, l’emmental râpé, salez, poivrez et mélangez. Versez le lait et mélangez.

*Montez les blancs en neige avec une pincée de sel. Incorporez-les à la purée délicatement.

*Préchauffez le four th.7 (210°C).

*Façonnez des boulettes de purée de la taille d’une petite balle.

*Beurrez un plat allant au four et posez-y les boulettes. Parsemez de noix de beurre. *Enfournez et faites cuire pendant 10 minutes.

Servez chaud.

Le saviez-vous ? Arcachon tire son nom du terme gascon « arcanson » qui désigne la colophane, cette substance utilisée pour les instruments à cordes frottées, présente à plus de 70% dans la résine de pin. Le gemmage qui est la récolte de cette résine se pratique dans la région depuis plus de 2000 ans. En effet, contrairement à la grande majorité du territoire des Landes qui n’était qu’une vaste étendue de sables marécageux battus par les vents, La Teste de Buche a toujours été boisée en pins. A l’époque, les Romains entaillaient les arbres des forêts du littoral pour en extraire la résine qu’ils utilisaient pour calfater leurs embarcations. Mais le procédé qui consistait à creuser un trou au pied de l’arbre entaillé donnait une résine pleine d’impuretés (sable, brindilles, insectes…).  Avec le boisement massif du littoral afin de fixer les dunes par des plantations de pins maritimes, intervenu au milieu du 19ème siècle, le procédé de gemmage s'est étendu à toute la Gascogne landaise, et s'est modernisé et industrialisé. Dans les années 1850, une nouvelle technique fut mise au point. Une lame de zinc était plantée horizontalement dans l’arbre, et la résine s’écoulait dans un pot en terre cuite placé juste au dessous. Pendant plus d’un siècle le gemmage fut la principale activité de la forêt des Landes avant les activités liées à l’exploitation du bois. La térébenthine extraite de la résine a de multiples utilisations : produits d’entretien, peintures, vernis, produits de synthèse (caoutchouc, parfums…), industrie pharmaceutique.

Si le métier de gemmeur a disparu dans les années 1990, victime de la concurrence étrangère, son souvenir reste très présent dans les mémoires des habitants du pays de Buch et il est à noter que depuis 2012, des expérimentations ont lieu en Gironde et dans les Landes, pour tenter de le relancer, selon un nouveau procédé dit "en vase clos", mis au point par Claude Courau, et breveté.

Gemmage1

Origine de l’expression : La cheville ouvrière

Cette expression désigne le personnage principal, l’agent essentiel autour duquel s'organise et fonctionne une entreprise.

A l'origine, la cheville ouvrière est, dans un assemblage mécanique, la pièce qui travaille le plus tout en supportant l'effort principal. Apparemment, c'est en 1715 qu’est utilisée pour la première fois la métaphore que nous connaissons aujourd'hui où la cheville ouvrière désigne en général une personne devenue indispensable à la bonne marche de son organisation.

Jeux: Anaphrases

Pour donner un sens aux phrases ci-dessous, il faut remplacer les pointillés par des anagrammes formés de toutes les lettres des tirages correspondants.

On le .......... pour la ......... avec laquelle il avait gagné.

Tirage : A C E F I I L T.

Sont-ils vraiment obligés de .......... à chaque fois qu'ils font ......... ?

Tirage : A E I I L L P R.

 Solution du jeu de la semaine dernière :Bravo Cassy !

 

 

 

 

A

I

C

H

E

P

L

O

M

B

 

 

 

 

 

 

 

 

Y

A

L

T

A

L

I

L

A

S

 

 

 

 

 

 

 

 

S

O

U

T

E

T

E

R

N

I

 

 

 

 

 

 

 

 

N

A

T

T

E

 Objets obsolètes, les avez-vous oubliés ? Les bons points

Difficilement gagnés mais très facilement repris par le maître, les bons points récompensaient les enfants. Avec parcimonie, le maître récompensait l’élève qui avait bien répondu ou bien travaillé mais reprenait un, deux ou trois bons points si le comportement en classe n’était pas satisfaisant ou si les résultats n’étaient pas ce que le maître en attendait. Glanés difficilement un à un, les bons points étaient soigneusement gardés, dans sa trousse ou dans une petite boîte, comptés et recomptés jusqu’au moment où le total de dix étant atteint, l’heureux possesseur pouvait demander au maître de les échanger contre une image.

Dans son ouvrage « Ces objets insolites ou obsolètes que vous pensiez avoir oubliés » Ariel Wizman parle avec humour de l’attribution de ces récompenses. « Les bons points récompensaient les enfants, mais les enfants d’une autre époque Aussi incroyable que cela puisse paraître, il y eut à un moment une notion aussi répressive que celle du « bon comportement ». Quelqu’un avait décrété qu’il était bon d’écouter en classe, qu’il valait mieux dire « Merci, madame » que de grommeler « Azi, tu m’soûles ! »

Bons points

La phrase de la semaine : « La vie n’est pas ce que l’on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s’en souvient. » (Gabriel Garcia Marquez)