Le dicton du jour : "Petite pluie de mai, tout le monde est gai."

Le prénom de la semaine : GISELE

Prénom d’origine germanique tiré du mot ghil qui signifie l'engagement, le serment - mais également " l'otage volontaire ".

Ce prénom fut très répandu dès le haut Moyen Âge dans toute l'Europe centrale (Bavière, Autriche, Hongrie) mais resta très occasionnel ailleurs. Il ne fut cependant jamais oublié, en partie grâce à la renommée universelle du ballet composé par Alfred Adam, « Giselle », le plus classique des ballets romantiques, représenté pour la première fois à Paris, en 1841 et qui n'a plus quitté la scène depuis.

Gisèle (toujours assez fréquent en Allemagne) a connu en France une période de succès dans les années 1930. Mais aujourd'hui, il s'est fait assez discret.

Fêtée le 7 mai, Sainte Gisèle, sœur de saint, femme de saint et mère de saint, fut l'épouse du roi Etienne de Hongrie. A la mort de son mari, en 1038, elle se retira dans une abbaye de Bavière et y témoigna de grandes vertus.

Ce jour-là :Naissance de l’une des premières féministes françaises.

Olympe de Gouges est née le 7 mai 1748 à Montauban, dans un ménage modeste, sous le nom de Marie Gouzes. Future Pasionaria de la Révolution française, précurseur du féminisme, elle est libérée du mariage par un veuvage précoce.

Montée à Paris, elle fréquente les milieux littéraires et multiplie les écrits (pièces, romans, libelles…) dans lesqels elle prône ardemment l’émancipation féminine. En 1791, elle publie une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne où l'on peut lire : «La femme a le droit de monter à l'échafaud, elle doit avoir également le droit de monter à la tribune».

Au club des Jacobins, elle dénonce la peine de mort et revendique le droit de vote sans distinction de sexe. Mais elle s'oppose aussi à Robespierre, ce qui lui vaut d’être guillotinée à Paris en France le 3 novembre 1793

Olympe de Gouges

Trucs et astuces : Quand on fait tomber accidentellement un blanc d’œuf cru par terre, il est difficile de le ramasser sans aggraver les choses (ça glisse, ça file…). Pour le ramasser facilement, il suffit de le saupoudrer généreusement de sel fin, de laisser agir une ou deux minutes et d'essuyer. Le sel aura absorbé la majorité du blanc d'œuf.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Taboulé de chou-fleur

Une délicieuse recette qui rend très digeste le chou-fleur cru. Pour 4 personnes, il vous faut : 1 petit chou-fleur bien frais ; 4 tomates ; 200 g de concombre ; 1 citron ; 3 cuil. à soupe d’huile d’olive ; quelques brins de persil et de ciboulette ; sel, poivre ;

* Séparez le chou-fleur en petits bouquets, coupez-les au ras de la tige. Rincez et séchez-les. Mixez-les par à coups pour les réduire en petits grains, comme une semoule grossière.
*Ôtez le pédoncule des tomates et coupez-les en deux. Pressez-les pour éliminer l’eau et les graines. Détaillez-les en petits dés.
*Rincez le concombre, coupez-le en deux dans la longueur, éliminez les graines, puis coupez-le en dés.
*Bien mélangez les tomates et le concombre avec le chou-fleur, ajoutez le jus du citron et l’huile. Salez, poivrez et parsemez d’herbes ciselées. Servez aussitôt pour une texture croquante ou laissez mariner deux heures au frais pour un chou-fleur bien tendre.

Le saviez-vous ? Les bâtisseurs du Moyen-âge utilisaient des mesures spécifiques pour leurs chantiers d’églises, de cathédrales ou de châteaux. C’étaient des mesures en relation directe avec la morphologie de corps humain. Les écrits indiquent que la coudée, dite coudée royale, correspondait à la distance entre l’extrémité des doigts et la pointe du coude. Soit, environ, 52 cm.

La dimension de la main servit longtemps aux artisans pour mesurer les petites longueurs. L’unité de base était l’empan qui correspondait à la distance séparant l’extrémité du pouce à celle de l’auriculaire, lorsque, la main ouverte, les doigts sont écartés au maximum. L’empan mesure environ 20 cm, longueur cependant variable avec la taille de la main.

En plus de l’empan, on utilisait la palme et la paume. Doigts écartés, la palme définissait la distance entre l’extrémité de l’index et celle de l’auriculaire, soit environ 12, 4 cm. Plus petite, la paume était la distance entre la base de l’auriculaire et le creux séparant le pouce et l’index, soit, environ, 7,6 cm.

La canne des bâtisseurs équivalait à une enjambée de 1,25m environ.

Ces mesures, souvent variables d’une région à l’autre dépendaient aussi de la corpulence du chef de chantier ! Il fallut attendre la Révolution française pour que soit défini le système métrique unifié, mais les régions mirent longtemps à abandonner leurs unités locales.

mesures

Origine de l’expression : En deux coups de cuillère à pot.

Pour cette expression qui signifie "rapidement, sans difficulté" on connaît plusieurs origines :

La plus logique explique qu’avant la guerre de 14/18 "la cuiller à pot" désignait une grosse louche, avec laquelle il était facile de vider très rapidement un récipient.

Une autre origine, quelquefois proposée, viendrait de la marine à voile, la cuiller à pot étant un sabre d'abordage muni d'une coquille en forme de cuiller destinée à protéger la main. Ce sabre, comme toute arme du même type, était un moyen expéditif pour faire régner sa loi.

La plus savoureuse mais la plus controversée, nous viendrait d'Antoine de Bourbon, roi de Navarre, dont le château se situait à Pau. Alors qu'il était retenu loin de la reine Jeanne d'Albret, celle-ci donna naissance à un beau bébé qui allait devenir le futur Henri IV. Prévenu de l'heureux événement, le roi annonça la bonne nouvelle à ses courtisans en disant « Messieurs, la reine nous a donné un petit prince en deux coup de cul hier à Pau ».

Jeu : Acrostiche
1) Trouver les lettres qui manquent pour former 6 mots à l'horizontale.
2) Une fois les lettres placées, 2 prénoms apparaîtront à la verticale dans la première et dans la dernière colonne

 

OMAR

 

 

 

TOPI

 

 

 

ALCO

 

 

 

NVAH

 

 

 

ONCE

 

 

 

RACT

 

 

 

Solution du jeu de la semaine dernière :

 

 

 

 

P

O

U

L

E

S

A

U

N

A

 

 

 

 

 

 

 

 

L

I

G

U

E

X

I

P

H

O

 

 

 

 

 

 

 

 

M

A

T

C

H

H

O

R

E

B

 

 

 

 

 

 

 

 

E

N

C

A

S

 

Objets obsolètes, les avez-vous oubliés ?  Le roudoudou

Vous vous souvenez sans doute de cette confiserie, succès des années 1950-1970, faite de sucre cuit parfumé, coulée dans une petite véritable coquille de praire. À l'origine le contenant était une petite boite en bois style boite à camembert miniature. Plus tard il fut remplacé par un véritable coquillage, puis enfin par un contenant en plastique représentant un coquillage. Les enfants le dégustaient en léchant la confiserie collée à l'intérieur de la coquille et le plaisir durait longtemps !

Renaud en parlait dans sa chanson « Mistral gagnant » : « Te raconter surtout les carambar d’antan et les cocos bohères, et les vrais roudoudous qui nous coupaient les lèvres et nous niquaient les dents, et les mistrals gagnants… ».

Aujourd’hui, on trouve encore des roudoudous, mais dans des coquilles en plastique et on peut les fabriquer soi-même grâce aux recettes d’Internet.

Roudoudous

La blague de la semaine : "Quand j'étais plus jeune, je détestais aller aux mariages parce que mes vieilles tantes et mes grands parents venaient près de moi, me donnaient une grande claque amicale dans le dos en lançant un joyeux : "T'es l'prochain, gamin !".
 Ils ont arrêté cette stupide blague quand j'ai commencé à la leur faire aux enterrements !"