Le dicton du jour : « Mai sans roses rend l’âme morose. »

Le prénom de la semaine : Le prénom Valérie a pour origine le prénom latin Valeria, équivalent féminin de Valerius qui fut le nom d'une famille romaine. Ce prénom ancien peut aussi être un dérivé du mot latin valere, "être fort".

Le 28 avril, on honore sainte Valérie, une chrétienne qui fonda une église à Milan.

Ce jour-là : Départ du Kon-Tiki.

Le 28 avril 1947, le savant norvégien Thor Heyerdhal et ses 5 compagnons quittent le Pérou à Callao pour la Polynésie à bord du Kon Tiki. Ce radeau de 13,7 m de long, construit avec des rondins de bois de balsa et pourvu d’une voile rudimentaire est la réplique d'une ancienne embarcation inca. Au cours de la traversée, ses occupants survivent uniquement grâce à la pêche et à la récupération d'eau de pluie. Le 7 août, après un voyage de 6900 km, le Kon-Tiki aborde l'archipel de Tuamotu en Polynésie française.

Heyerdahl prouve ainsi sa théorie selon laquelle les peuples sud-américains ont pu traverser l'océan et s'installer dans les îles du Pacifique, il y a plusieurs milliers d'années.

Kon Tiki est le nom du dieu du Soleil chez les Incas.

Un film norvégien sorti en 2012 retrace ce qui fut l'une des plus formidables aventures du 20ème siècle.

Trucs et astuces : Pour garder plus longtemps frais un bouquet de persil, ajoutez quelques gouttes de jus de citron dans l’eau : il jaunira beaucoup moins vite.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Tarte fine aux feuilles de brick à la pomme et cannelle

Pour 4 personnes, il vous faut : 4 feuilles de brick ; 4pommes : ½ cuillère à café de cannelle ; 1 c. à soupe rase de graines de pavot : 20g de beurre

*Préchauffezle four th 6 (180°).

*Faire fondre le beurre. Badigeonner les feuilles de brick de beurre fondu des deux côtés. *Découper trois disques égaux dans chaque feuille puis superposer les disques trois par trois.

*Epluchez et coupez les pommes en quatre. Retirez les cœurs puis coupez les quartiers en très fines lamelles.

*Répartissez joliment les lamelles de pommes sur les disques de brick.

*Saupoudrez les pommes de cannelle puis parsemez de graines de pavot.

*Enfourner 7 à 8 minutes. Laissez tiédir avant de servir.

Le saviez-vous ? Calimero est à l’origine un poussin jaune

Calimero est un charmant mais malchanceux petit poussin, le seul poussin noir dans une portée de jaunes, portant sur la tête sa coquille d'œuf à moitié brisée. D'origine italienne, il fut créé en 1961 par les frères Nino et Toni Pagot ainsi que par Ignazio Colnaghi pour les besoins d'une publicité de la lessive Ava diffusée pendant l'émission de télévision italienne Carosello. Il est noir car il est tombé dans la boue en naissant. Dans la publicité, la lessive le nettoie et le poussin retrouve sa couleur jaune.

Calimero devint ensuite le héros d’une série de dessins animés et le nom du personnage, et sa célèbre phrase préférée "C'est vraiment trop injuste" entrent ainsi dans l’imaginaire collectif : Calimero devient le symbole de la personne qui se plaint de manière dérisoire ou victime d'un syndrome de persécution.

calimero

Origine de l’expression : Etre en train de…

Cette expression, qui signifie être occupé à … n’a rien à voir avec le train qui circule sur les rails avec une locomotive et des wagons. C’est une locution adverbiale dont la forme nous vient du 15ème siècle, mais dont le sens a évolué au fil du temps.
À la fin du 15ème siècle, "en train" (employé sans de) veut dire "en action", "en mouvement" ou encore "en cours d'exécution".
Au milieu du 16ème siècle, en train de marque l'imminence d'une action ; au milieu du 17ème , elle indique cette fois quelqu'un qui est "disposé à" ; et ce n'est qu'en 1731, chez Marivaux, qu'elle prend le sens actuel, avec une notion de durée.

Jeu : Tête et queue

Le jeu de la semaine dernière n’ayant pas eu de réponse, je le propose à nouveau à votre sagacité :

Il manque une lettre à chaque mot. Une fois la grille remplie, un dernier mot apparaîtra dans la colonne centrale.

 

 

 

 

 

O

U

L

E

S

A

U

N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I

G

U

E

X

I

P

H

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A

T

C

H

H

O

R

E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N

C

A

S

 

 Objets obsolètes, les avez-vous oubliés ? Le tourne-disque Teppaz

Avant de s’appeler « platine », un tourne disque s’appelait… tourne-disque ou électrophone. Avant il y avait eu le paléophone, le gramophone, le phonographe…

Le tourne-disque un appareil à plateau tournant et tête de lecture, sur lequel on passe des disques, certains ne peuvent lire que les disques 33 tours par minute mais d'autres peuvent lire des 45 tours ou des 78 tours par minute. Chaque face a une durée de 12 minutes soit 24 minutes en tout et le son est conservé sur un disque vinyle.

Teppaz en est la plus célèbre marque, elle connut un immense succès dans les années 50/60. Une fois fermé, le tourne-disque Teppaz ressemble à une petite valise de forme trapézoïdale, avec les angles très arrondis et un couvercle bombé. Lorsqu'on l'ouvre, on découvre que le ou les haut-parleurs sont logés dans le couvercle et que tous les circuits d'amplification à lampes sont abrités, avec l'alimentation et les mécanismes sous le lecteur de disques. Le Teppaz, cette merveilleuse petite valise sonore fit voyager la musique dans le monde entier et allait faire danser toute une génération, dans les salons, sous les préaux, au fond des caves... Aujourd'hui, les tourne-disques Teppaz sont dans les greniers, mais ils n’ont pas disparu et font encore la joie des collectionneurs et des nostalgiques.

 

Tourne-disque Teppaz

 

La phrase de la semaine :« La vie n’est pas ce que l’on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s’en souvient » (Gabriel Garcia Marquez)

 

Muguet (2)a

Excellent 1er Mai à tous !