Le dicton du jour : "A la Saint-Marc (25 avril), s'il tombe de l'eau, il n'y aura pas de fruits à noyaux."

Le prénom de la semaine : ALEXANDRE

 Le prénom « Alexandre » est d’origine grecque qui signifie « repousser l’ennemi ». Cette définition renvoie à l’esprit guerrier des Alexandre. La réputation de ce prénom s’est construite grâce au célèbre Alexandre de Macédoine mieux connu sous le nom d’Alexandre le Grand. Ce prénom a été porté par une trentaine de rois et huit papes. Alexandre est un prénom fréquemment attribué en France.

Pas moins de 40 saints ont porté le nom d’Alexandre, celui fêté le 22 avril est un martyr lyonnais crucifié à la fin du 2ème siècle.

Ce jour-là : Polémique franco-américaine sur la paternité de la découverte du virus du sida

Le 23 avril 1984, le professeur américain Robert Gallo annonce la découverte du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), virus qui détruit le système immunitaire humain, s'attribuant la découverte de l'équipe du professeur Luc Montagnier de l'Institut Pasteur. Le professeur Montagnier avait demandé à une équipe américaine de l'aider à cultiver la souche du virus. Le conflit entre les professeurs Gallo et Montagnier se terminera en 1987 par un accord. Mais ce seront les professeurs Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi de l'Institut Pasteur qui recevront le Prix Nobel de Médecine en 2008 pour leur découverte.

Trucs et astuces : Conserver les blancs d’œufs

Il arrive que l’on ait besoin que de jaunes d’œufs pour une préparation culinaire mais il ne faut pas jeter les blancs pour autant. Il suffit simplement de congeler ces derniers car ils pourront resservir plus tard pour les monter neige par exemple.

Le saviez-vous ? Les fleurs comestibles de nos jardins sont de plus en plus utilisées pour ajouter de la gaieté à nos assiettes et nos plats. Elles présentent un double intérêt : crues, par leurs formes et leurs couleurs variées, elles apportent un plaisir visuel et parfument délicatement les crudités ; cuites, elles proposent des goûts nouveaux. Les capucines, les soucis, les chrysanthèmes sont des fleurs comestibles intéressantes mais la liste est bien sûr plus longue. http://gato-azul.blogspot.fr/2007/06/liste-de-fleurs-comestibles.html

Toutes les fleurs ne sont pas comestibles, certaines peuvent être toxiques.

Voici quelques exemples de fleurs comestibles qui se trouvent facilement dans le jardin. En effet il ne faut jamais consommer une fleur achetée chez le fleuriste et si vous ramassez des fleurs dans la nature, faîtes-le loin des routes pour éviter qu’elles ne soient polluées. Si vous cueillez les fleurs comestibles de votre jardin (le matin de préférence), assurez-vous que vous n’avez pas utilisé de produits chimiques toxiques pour les traiter auparavant.

Capucine

La capucine dont les fleurs rouges, jaunes ou orangées apportent beaucoup de couleurs dans une salade, sont aussi utilisées pour cuisiner poisson, coquillages, crustacés, salade, beurre aromatisé, farcis, beignets, lasagnes, œufs... Fleurs et feuilles ont un parfum poivré et une saveur proche du cresson et du radis noir, voire du raifort.

Bourrache

La bourrache, surnommée l'huître végétale à cause de son goût iodé, a une saveur de concombre. Ses fleurs bleues très fines en forme d’étoile sont très décoratives, mais la saveur vient plutôt de leur tige duveteuse. En cuisine on les utilise pour préparer crèmes, poissons, crustacés, légumes…

lavande

L’épi floral séché de la lavande est à utiliser avec parcimonie, compte tenu de la puissance de l'arôme, dans les desserts, sorbet, boissons, viandes en sauce, gibier...
Les fleurs qui se mangent crues sont rajoutées le plus tard possible dans le plat pour préserver leurs couleurs et leur fraîcheur. Enlevez toujours le pistil et les étamines, ils contiennent du pollen qui peut altérer le goût.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : BISCUITS A LA LAVANDE

Il vous faut : 120 gr de beurre salé mou ; 1 œuf entier et 1 jaune ; 120 gr de sucre semoule ; 190 gr de farine ; 1 sachet de levure ; 2c à soupe de fleurs de lavande.
*Mélangez le sucre, l'œuf entier et le jaune. Ajoutez le beurre mou, la farine, la levure et la lavande. Pétrissez bien et formez une boule.

*Enveloppez-la dans du film alimentaire et mettez au frigo pendant 4 heures.

*Ensuite, étalez cette pâte sur 1 cm d'épaisseur, sur un plan de travail fariné. Découpez les biscuits avec un emporte-pièce.

*Faites cuire à 200° pendant 10 minutes (espacez bien les biscuits qui vont gonfler à la cuisson)

Origine de l’expression : Mettre de l’eau dans son vin

Cette expression qui signifie modérer ses exigences ou ses ambitions, est ancienne puisqu'on en trouve une forme dès le milieu du 16ème siècle. Son sens a évolué car si, aujourd'hui, elle s'applique principalement aux exigences ou aux prétentions, en 1636, on en donnait la signification de "modérer ses passions comme la chaleur excessive du vin est tempérée par le meslange de l'eau" et le grammairien Oudin, 20 ans plus tard, en disait "se modérer, passer sa colère".

Jeu : Tête et queue

Il manque une lettre à chaque mot. Une fois la grille remplie, un dernier mot apparaîtra dans la colonne centrale.

 

 

 

 

 

O

U

L

E

S

A

U

N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I

G

U

E

X

I

P

H

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A

T

C

H

H

O

R

E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N

C

A

S

Solution du jeu de la semaine dernière : Cassy en proposant :

Le LEVIER de son REVEIL étant cassé, il est resté au lit et a ensuite dû courir comme un LIEVRE pour arriver à l'heure au travail.

a trouvé la solution de l’anaphrase. Bravo !

Objets obsolètes, les avez-vous oubliés ?  Le Polycopieur

Bien avant que les photocopieurs soient présents dans toutes les écoles, on utilisait des polycopieurs ou duplicateurs à alcool, apparus dans les années 60. Ils fonctionnaient sur le même principe que le papier carbone mais avec très forte odeur d’alcool à brûler. La machine était à manivelle et on désignait souvent un des élèves pour la tourner autant de fois qu’il fallait de feuilles.

Leur utilisation demandait une certaine dextérité dans l’utilisation de l’alcool : il n’en fallait ni trop (au risque de « noyer » le carbone), ni pas assez, mais les tirages polycopiés étaient d’une belle couleur violette qui pâlissait avec le temps et gardaient longtemps l’odeur si caractéristique que certains élèves aspiraient avec délectation…

Polycopieur

La phrase de la semaine : « Au fond, est-ce que ranger ça ne revient pas un peu à foutre le bordel dans son désordre ? » (Philippe Geluck)

Ph