Le dicton du jour : « La pluie fort désirée, incontinent ennuie. »

Le prénom de la semaine : GASTON

Prénom d’origine germanique dont la racine, gast, désignait l’hôte – à la fois le voyageur reçu et celui qui le recevait. « Gaston » est un prénom typiquement français, mais sa popularité a dépassé nos frontières. Sa popularité actuelle est stable.

Évêque d’Arras, sur la recommandation de Clovis, saint Gaston, honoré le 6 février, évangélisa massivement les Francs du 6ème siècle.
Ce jour-là : Les Journées Mondiale sans téléphone portable

C’est en 2001 que Phil Marso, écrivain indépendant et instigateur de ce rendez-vous citoyen propose 3 jours de réflexions sur le "Mobilou", outil technologique qui a changé le comportement humain dans sa manière de communiquer...
Cette initiative qui pouvait paraître fantaisiste au départ a fait son chemin.

Depuis 2004, cette journée se déroule sur trois jours, les 6, 7 et 8 février…

Le 6 février est la date symbolique de cette journée car c'est la Saint Gaston en rappel de ce couplet de Nino Ferrer : "Gaston y'a l'téléfon qui son, Et y'a jamais person qui y répond".

Phil Marso avait publié, en octobre 1999, "Tueur de portable sans mobile apparent ", le premier polar sur le GSM, puis en 2004 un second ouvrage "Mobilou " présentant une série de sondages humoristiques sur tous les aspects du téléphone portable (comportement, SMS, précaution de santé, antennes-relais, flicage…), prétexte pour lancer le débat durant ces trois jours.

Il faut noter que Phil Marso n’a jamais proposé de couper son Smartphone pendant ces trois jours du 6 au 8 février. Ce rendez-vous annuel est prétexte à engager un débat de réflexion autour de cet outil de communication. Le thème de débat pour 2014 : Le langage SMS abrégé. 26 questions liées à ce rendez-vous citoyen sont proposées aux enseignants qui souhaitent échanger avec leurs élèves.

Trucs et astuces : Pour enlever une tache de stylo-feutre permanent sur une surface, utilisez de la laque à cheveux. Cela fonctionne sur plusieurs matériaux.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Vacherin minute

Pour 6 personnes, il vous faut : 10 cl de crème liquide ; 230 g de sucre en poudre ; 24 petites meringues ; 1 l de glace vanille ou autre parfum

*Faites chauffer la crème liquide dans une petite casserole puis réservez-la.

*Versez le sucre dans une casserole à fond épais et faites-le fondre en caramel sur feu moyen en inclinant la casserole en tous sens pour bien répartir la chaleur sans utiliser d'ustensile.

*Lorsque le caramel atteint une jolie couleur ambrée, versez la crème liquide et mélangez vivement jusqu'à l'obtention d'une sauce lisse et homogène puis laissez refroidir.

*Au moment de servir, émiettez deux petites meringues dans le fond de petits verres, mettez 1 belle boule de glace par-dessus, arrosez-la de caramel, ajoutez une ou deux meringues sur le dessus et servez de suite.

Le saviez-vous ? Le premier roman de l’histoire a été écrit par une femme en l’an 1007. Murasaki Shikibu est le surnom d’une dame d’honneur de la cour impériale de Heian-kyô (l’actuelle Kyôto), fille d’un haut dignitaire, cultivée et curieuse d’en apprendre toujours plus, elle développe très tôt un goût prononcé pour la littérature. C’est son père qui lui ouvre la voie des idéogrammes chinois, normalement interdit aux jeunes filles japonaises de l’époque.. Son roman appelé « Le Dit du Genji » raconte la vie amoureuse d’un prince impérial, le Genji, surnommé « Le Prince Radieux ». Au fil de ses amours, il cherche à connaître différents types de femme et, ainsi, apprécier leurs qualités. Puis il décide de façonner la femme idéale en éduquant une jeune fille.

Dans un passage de son journal intime, Murasaki Shikibu déclare même que, curieux, le régent a fait irruption dans ses appartements pour s'emparer du dernier chapitre de son œuvre.

Dans sa traduction en anglais, le roman couvre 54 chapitres et plus de 1000 pages de texte. « Le Dit Du Genji » est une œuvre qui, de nos jours, continue de toucher toutes les formes de littératures.

René Sieffert qui a travaillé à sa traduction près de vingt ans, écrit : « pas un instant je n’ai eu le sentiment d’un véritable dépaysement, ni dans le temps ni dans l’espace, mais au contraire me hantait l’impression constante d’être engagé dans une aventure mentale étonnamment moderne. Il m’a semblé découvrir des situations, des analyses, des dialogues qui pouvaient avoir été imaginés hier, si ce n’est demain. »

 

Le dit du Genji (Extrait du rouleau original. Wikipédia)

 

Origine de l’expression : Sans tambour ni trompette

Cette expression, qui signifie discrètement, secrètement, sans bruit nous vient du monde militaire. Elle date de 1650

Autrefois, les troupes partaient à l'assaut de l'adversaire accompagnées de musiciens, tambours et trompettes principalement, chargés de donner du baume au cœur aux combattants. En cas de mauvaise fortune, la retraite pouvait aussi être accompagnée par ce qui restait des musiciens. Mais lorsque la troupe devait décamper le plus discrètement possible, il va de soi qu'il était hors de question d'ajouter du bruit à celui des mouvements. Dans ce cas, les soldats partaient sans tambour ni trompette et l’expression s'est généralisée à toute action effectuée discrètement ou secrètement.

Jeu : D’un mot à l’autre

N’ayant pas eu de réponse la semaine dernière, je soumets à nouveau ce jeu à votre sagacité.

En regroupant et en mélangeant les lettres de chaque mot donné avec la lettre qui suit, vous devez trouver un second mot de six, sept ou huit lettres. Aucun mot au pluriel n’est admis, ni aucun verbe conjugué.

EPINE + D =

BETAIL + M =

GRAVIER + A =

Le nom des plantes : Le CAMELIA

La première mention et observation de cette plante en Occident a été faite par le médecin allemand Kaempferen 1712 lors du récit d’un voyage en Chine et au Japon. Il la nomme alors de son nom japonais, Tsubaki, et la classifie comme une sorte de thé.
En 1753, Charles Linné, botaniste suédois, la baptise du nom de Camellia à la mémoire d’un Père Jésuite, Georg Kamel qui signait ses écrits «Pater Camellus».

Ce nom a la particularité de présenter deux orthographes :
Camélia : est le nom usuel de la plante, orthographié ainsi par l’Académie Française dans le dictionnaire. Il peut s’accorder au pluriel.
Camellia : est le nom scientifique de la plante. Comme tout nom botanique, il est invariable (forme latine).

Camélia 1  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF0005

 

 

 

 

 

 

 

Bons mots et phrases assassines : « Tout le monde savait que c'était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l'a fait. » (Marcel Pagnol)