Le dicton du jour : «Toute nuit a un jour, tout hiver a un été. »

Le prénom de la semaine : RAYMOND

Ce prénom d’origine germanique signifie « qui protège avec sagesse ». Il fut très en faveur dans le Midi du Moyen Âge, en particulier à Toulouse, dont sept comtes furent des Raimond, et en Espagne, où Ramon continue d’être très courant. En France, ce prénom culmina en 1920 et intégra le palmarès des prénoms masculins les plus appréciés des Français. Toutefois, il est de moins en moins populaire depuis les années 1970 même s'il continue à être régulièrement attribué.
Les Raymond sont fêtés le 7 janvier en l’honneur du dominicain Raymond de Peñafort, un spécialiste catalan du droit canon, mort en 1275, qui avait introduit dans les couvents l'étude de l'arabe et de l'hébreu.

Ce jour-là : Première traversée de la Manche en ballon

Le 7 janvier 1785 Le Français Jean-Pierre Blancard et le physicien américain John Jeffryes accomplissent la première traversée de la Manchedans un ballon gonflé à l'hydrogène. Ils rallient Douvres en Angleterre à la côte française. Leur exploit ne se déroule pourtant pas sans difficulté : les deux aventuriers doivent larguer dans le vide la corde de leur nacelle ainsi qu'une partie de leurs vêtements afin de maintenir leur altitude jusqu'au bout !

L'aventure du ballon avait débuté 2 ans plus tôt, le 5 Juin 1783 quand, pour la première fois, les frères Montgolfier avaient fait s’envoler un ballon gonflé à l’air chaud. Le 21 novembre de la même année, le physicien français Jean-François Pilâtre de Rozier et le marquis d'Arlandes avaient réalisé le premier vol humain entre la Muette et la Butte-aux-Cailles à Paris.
Toujours en 1785, Jean-Pierre Blanchard réussira avec succès une démonstration du parachute. Lors d'un vol, il lâchera d'une hauteur de 500m un chien muni de son parachute.
Enfin, c'est lui qui, en 1793, réalise la première ascension en ballon depuis le sol des États-Unis.

Traversée de la Manche

Trucs et astuces : Pour faire briller vos bijoux en or, sans produit spécial, utilisez une vieille brosse à dents et brossez-les avec de la pâte dentifrice. Rincez à l’eau clair et essuyez-les avec un chiffon doux. Ils étincèleront !

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Tarte à la crème

Pour 6 personnes, il vous faut : 1 pâte sablée ; 3 œufs ; 25 cl de crème fraîche épaisse ; i c. à soupe d’eau de fleur d’oranger (ou tout autre parfum) ; 1 pincée de sel ; 80 g de sucre en poudre.

*Sortez la pâte sablée du réfrigérateur 15 mn avant utilisation.

*Préchauffez votre four à 180°C (Th. 6).

*Déroulez la pâte dans un moule à tarte en conservant le papier cuisson. Piquez le fond avec une fourchette.

*Dans un saladier, battez les œufs avec le sucre, puis ajoutez la crème. Mélangez bien.

*Ajoutez une pincée de sel et le parfum.

*Versez le mélange sur le fond de tarte et mettez au four pour 30 mn.

Le saviez-vous ? Vous êtes-vous demandé pourquoi le verbe « aller » est un des plus irréguliers de la langue française ? En effeton le conjugue avec trois radicaux différents : va (je vais), all (nous allons), ir (j’irai)… Cette particularité vient du fait qu’il dérive de trois verbes latins : ambulare « se promener », ire « aller, marcher » et vadere « marcher ». Les formes allons, allais, aille etc. sont issues d’ambulare ; les formes va, vais, vont etc. sont issues de vadere et les formes irai, iras, iront etc. sont issues de ire.

Origine de l’expression : Mettre le holà

Cette expression qui signifie faire cesser une querelle, une bataille ou mettre fin ou mettre bon ordre à quelque chose trouve son origine dansune interjection qui date du milieu du 14ème siècle : 'Holà'.

Pour les hommes, elle servait à appeler, à interpeller ("holà, quelqu'un ?" ou bien "holà, qui va là ?", par exemple).
Mais aussi bien pour les hommes que pour les animaux, elle servait aussi à les faire s'arrêter, à tempérer leur ardeur. Ainsi, lorsqu'une querelle commençait ou lorsqu'un importun dépassait un peu trop les bornes, on pouvait entendre un "holà, suffit !" ou lorsqu'il fallait arrêter les chevaux d'un attelage, un simple "holà !" devait normalement suffire.

C'est avec ce deuxième sens de demande d'arrêt ou de modération que l'expression est apparue au milieu du 17ème siècle.

Jeu : N’ayant pas eu de réponse, je vous propose à nouveau la charade suivante:

*Mon premier fait démarrer la fanfare.

*Mon deuxième est arrêté par un garde

*Mon troisième en fait baver

Mon tout est une vieille mamelle.

Bons mots et phrases assassines : « Nous pardonnons souvent à ceux qui nous ennuient, mais nous ne pouvons pardonner à ceux que nous ennuyons. »

(La Rochefoucauld)

Les délices du terroir : Le FAR breton

Le Far est une délicieuse spécialité bretonne. Far en latin signifie « froment, blé, gruau ». À l'origine, c'était une bouillie de blé dans laquelle on ajoutait des fruits secs tels que le pruneau ou le raisin. C'était donc un dessert peu coûteux, qui est devenu aujourd'hui un plat traditionnel de la Bretagne.

Son existence est attestée pour la première fois dans des écrits du 18ème siècle. On distingue, à l'époque, le far salé, dont la consommation restera limitée à la Bretagne, fabriqué avec du blé noir et consommé en accompagnement des viandes, et le far sucré qui est un dessert et se diffusera dans l'hexagone au milieu du 19ème siècle. Il fera même l'objet d'une importante production à partir des années 1930.

Les Fars Bretons étaient à l'origine confectionnés pour les fêtes religieuses et les fêtes familiales. Lorsque leur consommation s'est généralisée, des recettes de fêtes sont alors apparues, enrichies en beurre, pruneaux et œufs. Aujourd'hui, le Far Breton préféré des français reste le far aux pruneaux, bien qu’à l’origine, il n’en comporte pas. Il est possible d'ajouter du rhum brun dans cette recette.

Far-breton