Le dicton du jour : "Décembre trop beau, été dans l'eau."

Le prénom de la semaine : ALICE

Alice est une évolution phonétique du prénom allemand Adalhaid. Les termes allemands, "adal" et "haid", qui composent ce prénom signifient "noble" et "lignée". Au Moyen Âge, ce prénom est extrêmement courant en France et en Angleterre, ce qui donnera naissance à plusieurs autres prénoms : Alaïs, Alis, Alix, Alison. Après une période d'oubli, ce prénom retrouve une notoriété au 19ème siècle, avec le roman de Lewis Carroll, "Alice au pays des merveilles". A partir de la fin des années 60 la cote de popularité du prénom est en hausse et Alice s’est imposée dans le top 20 des prénoms français en 2012. Il est aujourd'hui porté par environ 90 000 personnes en France.

Alice, ou Adélaïde de Bourgogne née en 931 à Orbe, est une reine chrétienne, la première impératrice du Saint Empire romain germanique. On lui doit notamment la fondation du monastère double de Seltz. Elle meurt en 999. Les Alice sont honorées le 16 décembre.

Alice-aux-pays-des-merveilles

Ce jour-là : Naissance du plus célèbre des jeux de lettres.

Le 21 décembre 1913, les premiers mots croisés, créés par un violoniste américain d'origine anglaise, Arthur Wynne, sont publiés dans le New York World.

En France, il faudra attendre le 9 novembre 1924, pour que soient publiées dans l'hebdomadaire Dimanche-Illustré, les premières "Mosaïque mystérieuse". Le jeu fut ensuite rebaptisé "Problème de mots croisés".

Dans les pays anglophones, chaque mot contient au moins trois lettres, alors que les mots de deux lettres sont tolérés dans les grilles françaises.

Au Japon, chaque case blanche correspond à un katakana (un signe de l'un des deux syllabaires japonais) et non à un caractère comme dans la plupart des autres langues.

Un amateur de mots croisés s'appelle un cruciverbiste ou un œdipe, tandis que l'auteur d'une grille s'appelle un verbicruciste ou un sphinx
En France, les mots croisés ne sont pas seulement un jeu de réflexion mais aussi un genre littéraire, un prétexte à créer de bons mots. Les définitions humoristiques et énigmatiques, trompeuses mais amusantes, sont une particularité française.

Les jeux de mots et les calembours sont particulièrement appréciés par les cruciverbistes. 
Trouverez-vous les mots qui se cachent sous les définitions de Scipion et de Perec, deux célèbres sphinx :

«Héroïne pure», en 12 lettres.

«Parties du taureau et partis du bœuf», en 10 lettres

(Solutions la semaine prochaine)

Trucs et astuces : Si vous êtes en panne de cirage pour vos plus beaux escarpins de cuir, une lingette démaquillante leur rendra tout leur éclat. 

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Petits roulés apéritif au roquefort

Un délice pour un apéritif vite préparé !

Il vous faut : 1jaune d'œuf ; 1pâte feuilletée ; 250 g de Roquefort ; une tranche de jambon.

*Sortez le Roquefort du réfrigérateur 5min avant la préparation.

*Étalez-la pâte feuilletée. Tartinez-lade Roquefort et posez dessus la tranche de jambon. Roulez l’ensemble. Entourez-le d'un film plastique et réservezau frais.

Sortez le rouleaudu réfrigérateur quand il est de nouveau ferme, et après avoir enlevé le film plastique, coupez-leen rondelles pas trop fines.

*Placez les rondelles sur une plaque du four. Badigeonnez-les avec le jaune d'œuf.

*Enfournez10min à 200°.

Vous pouvez remplacer la roquefort par du Boursin ou tout autre fromage, ou utiliser de la tapenade ou de la purée de tomates confites… A la place du jambon, le saumon fumé est aussi excellent.

Le saviez-vous ? Les mots fléchés ou mots croisés suédois ont en effet été inventés en Suède. Fondamentalement, la seule différence avec les mots croisés traditionnels, est que les définitions, au lieu d'être placées à côté de la grille, sont logées à l'intérieur des cases de séparation qui marquent le début d'un mot à trouver. En pratique, les mots fléchés sont plutôt d'un niveau de difficulté moins élevé que les mots croisés, car généralement la place manque, dans les cases de séparation, pour y loger des définitions subtiles (d'autant plus qu'une proportion assez grande de ces cases doit contenir non pas une mais deux définitions). Importés en France d'Allemagne par Jacques Capelovici, ils sont considérés comme un excellent moyen d'initiation aux mots croisés.

Origine de l’expression : Ça ne mange pas de pain

Cette expression qui signifie : cela ne coûte rien, et même si ça n'apporte pas grand chose ça ne provoque rien de désagréable, apparaît au 17ème siècle, ici le pain est mis en relief car il représente, à cette époque, la nourriture de base, essentielle dans l'alimentation de l'homme. Alors, si quelque chose n'entraîne aucune perte de pain, il ne faut pas s'empêcher de la faire. Cette expression qualifie donc une action qui ne coûte rien, qui n'est pas désagréable et n'affecte personne.

Jeu : Comme il n’y a pas eu de réponse au jeu de la semaine dernière, je le soumets de nouveau à votre sagacité :

Mot à mot

En regroupant et en mélangeant les lettres de chaque mot donné avec la lettre qui le suit, vous devez retrouver un nouveau mot.

Aucun mot au pluriel n’est admis, ni aucun verbe conjugué.

ROCHE + T =

ANGORA + U =

PIETON + G =

NACELLE + L =

 Les délices du terroir : La praline de Montargis (Centre)

Née en 1662 dans une petite ville du Gâtinais, cette célèbre confiserie porte le nom de son créateur le duc de Choiseul, comte de Plessis-Praslin pour lequel son cuisinier Clément Jaluzot, mit au point la recette. Quelques années plus tard, Clément Jaluzot fonde une firme de confiserie à Montargis où il commercialise ses pralines dans la boutique « Au Duc de Praslin ».  En 1903, Léon Mazet rachète la recette de la praline et en fixe le standard. La maison Mazet est toujours la seule à posséder la recette originale de la praline. Elle se reconnaît à sa robe brun foncé bosselée de tous parts, qui cache une goûteuse amande et lui donne cette saveur unique, un mélange de croquant et de fondant tout en douceur.

Photo keldelice.com

praline-de-montargis

Bons mots et phrases assassines : "Le comble de l'optimisme, c'est de rentrer dans un grand restaurant et compter sur la perle qu'on trouvera dans une huître pour payer la note. " (Tristan Bernard)