Le dicton du jour : « A l’âne repu, les chardons sont amers. »

La Journée Internationale la semaine : Journée Internationale des droits de l'homme.

Considérant que la Déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée le 10 décembre 1948, est l'idéal commun que doivent atteindre tous les peuples et toutes les nations, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 10 décembre Journée des droits de l'homme

L’année 2013 marque les vingt ans d’existence du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et le thème de la Journée internationale, cette année, s’intitule : "20 ans au travail pour vos droits".

« L’éducation aux droits de l’homme est bien plus qu’un sujet de leçon ou que le thème d’une journée : c’est un processus qui vise à ce que chacun soit équipé pour vivre sa vie dans la sécurité et la dignité. En cette Journée internationale des droits de l’homme, continuons ensemble à faire le nécessaire pour que les générations futures aient une culture des droits de l’homme, et à promouvoir la liberté, la sécurité et la paix dans tous les pays. »
(Kofi Annan, secrétaire général de l'ONU)

Journée des Droits de l'homme

Ce jour-là : "Ma tante est épatante !"

Le Mont-de-piété fut crée en Italie par le moine Barnabé de Terni en 1462, comme un moyen de combattre l’usure et les taux d’intérêt abusifs pratiqués à l’époque.

En France, Théophraste Renaudot, médecin de Louis XIII, philanthrope et ami de Richelieu, est nommé Commissaire général des pauvres en 1631. Le 27 mars 1637, le roi l'autorise à ouvrir un Mont-de-piété à Paris, puis dans 58 villes de France. Le système sera abandonné à la mort de Richelieu, en 1644 sous la pression des usuriers. Le 7 décembre 1777, à l’instigation de Louis XIV l'institution est rétablie par  lettres patentes sur le principe du prêt sur gage à très faible taux d’intérêt (10 % à l'époque.)

Le succès du système ne se dément pas : du Paris populaire à Victor Hugo, Monet, Joséphine de Beauharnais ou la Comtesse de Castiglione, toutes les classes sociales ont eu recours au prêt sur gage. . En 1918 le Mont-de-piété deviendra le Crédit Municipal de Paris surnommé « chez ma tante ».

(Image de l’exposition : Les Parisiens au Mont-de-piété. Gravure de Daumier)

Mont de Piété

Trucs et astuces : Quand elles sont à moitié fondues, les bougies coulées dans un récipient de verre ou autre ont quelquefois une mèche difficile à atteindre. Si vous n’avez pas d’allumettes longues pour les allumer, utilisez un spaghetti enflammé.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Pain d’épices

Il vous faut : 250 g de farine ; 125 g de miel ; 100 g de sucre roux ; 1 c. à café de bicarbonate de soude ; 1 c. à café d’épices pour pain d’épices.

*Préchauffez le four à th. 6.

*Faites chauffer l’eau, et faites-y fondre le miel sans faire bouillir. Mélangez bien et ajoutez le bicarbonate.

*A part, mélangez la farine, le sucre et les épices.

*Ajoutez-les à l’eau chaude au miel et mélangez bien.

*Versez la pâte dans un moule à cake beurré.

*Enfournez pour 10 mn à th.6, puis 45 mn à th. 5.

Ce pain d’épices se conserve longtemps dans une boîte bien fermée.

Le saviez-vous ? On appelle « corbeaux » 6 espèces d’oiseaux différentes,mais seules 2 y ont droit,

le grand corbeau et le corbeau freux.

Le grand corbeau, jadis très répandu en France est devenu très rare. Cet oiseau d’une envergure de 1,30m ne se trouve plus que dans certaines montagnes et parfois au bord de la mer. Nécrophage, il se nourrit de cadavres de petits animaux (taupes, hérissons, souris…)

Le corbeau freux se déplace au sein de grandes bandes que l’on voit en automne et en hiver au-dessus des champs cultivés ou labourés. . Ils peuvent se rassembler par centaines, voire même par milliers, dans des « corbeautières »

Les autres « corbeaux » sont la corneille noire, qui vit à la campagne, mais aussi parfois en zone urbaine, le chocard à bec jaune qui vit en haute montagne, le choucas des tours, un citadin qui apprécie les clochers d’églises et les tours des châteaux, le crave à bec jaune espèce en voie de disparition qui vit également en montagne.

Le cerveau du corbeau est proportionnellement 7 fois plus volumineux que celui du pigeon. On dit qu’il est capable de compter jusqu’à 8 !

Origine de l’expression : « Chez ma tante »

Cette expression qui désigne un établissement de prêt sur gage date du début du 19ème siècle.

Pour honorer une dette de jeu, le propre fils de Louis-Philippe, le prince de Joinville, aurait ainsi déposé au Mont de piété, sa montre en or offerte par sa mère, la reine Marie-Amélie. Comme celle-ci s'étonnait de ne plus la voir, le prince quelque peu honteux, lui aurait répondu : “Elle est chez ma tante !” d’où l'expression « ma tante » pour qualifier le mont-de-piété.

Jeu : Mot à mot

En regroupant et en mélangeant les lettres de chaque mot donné avec la lettre qui le suit, vous devez retrouver un nouveau mot.

Aucun mot au pluriel n’est admis, ni aucun verbe conjugué.

ROCHE + T =

ANGORA + U =

PIETON + G =

NACELLE + L =

Solution du jeu de la semaine dernière : Bravo à les4vents qui a trouvé les mots suivants :

PLO )           = PLOYER

ETA ) + YER = ETAYER

CHO )          = CHOYER

 

GRI )            = GRIMER

BRA ) + MER = BRAMER

PLU )            = PLUMER

Les délices du terroir : Gâteau à la broche

Dessert d’exception, servi pour les grandes occasions, ce gâteau à la broche est une des spécialités des Pyrénées, ramenée en France depuis le Caucase par les armées de Napoléon. Une pâte liquide riche en beurre frais, de la consistance d’une pâte à crêpe est versée sur une broche de forme conique qui tourne au dessus d’une source de chaleur, traditionnellement un feu de cheminée. Elle cuit doucement avant que ne viennent s’agréger une seconde puis une troisième couche. Un gâteau original au goût fin de beurre frais, de vanille et de rhum, le gâteau de fête de nos grands-mères. La Confrérie du Gâteau à la broche sise à Arreau (Hautes-Pyrénées) organise chaque année, en juillet, la Fête du gâteau à la broche.

Photo Office du tourisme de Najac (Aveyron)

GateauBrocheGineste

Bons mots et phrases assassines : « Je trouve que la télévision favorise la culture. Moi-même, chaque fois que quelqu'un la met en marche, je vais dans la pièce à côté et je lis. » (Groucho Marx)