Les choses sérieuses commencent. L’objectif premier de ce trek est de monter au sommet des principaux volcans d’Indonésie (à condition bien sûr que leur activité volcanique nous le permette !).
Objectif de ces deux prochains jours : le Semeru, plus haut volcan de Java avec ses 3676 m.
A Tumpang, les jeeps sont chargées, prêtes à nous véhiculer jusqu’à Ranu Pani notre point de départ. Mais avant il faut nous prêter à une nouvelle formalité : une visite de contrôle au dispensaire du village où le personnel médical nous attend de pied ferme.
Chacun à son tour passe dans une petite pièce où l’on nous prend le poids, la taille et la tension. Tout cela dans une ambiance bon enfant où chacun commente aux autres ses résultats.
Bêtement je panique ! 3 ans que je suis soignée pour l’hypertension et d’un coup je m’affole. Et si ma tension était trop haute ? Et si on m’interdisait de monter au Semeru ? Et si… Et si… 

Aussi ce qui devait arriver arrive ! J’explose les compteurs lors du relevé de ma tension ! Conciliabule du 

J’ai beau me raisonner, essayer de me calmer et de me détendre, mon cœur bat la chamade et tambourine à mes oreilles. 

 

personnel médical, reprise de la tension, re conciliabule. Une femme revient vers moi et me montre l’appareil : 19 ! D’un air faussement détaché j’opine de la tête.  
Cela n’ira pas plus loin. Un sourire et on me libère. Nom, prénom, poids, taille, tension, tout est noté avec application dans leur cahier. Cela parait être l’essentiel.
Personne n’est recalé. Nous pouvons remonter dans les jeeps direction Ranu Pani où nous attend notre équipe de guides et de porteurs.
La marche d’approche pour le Semeru dure environ 6H. Le sentier monte doucement à travers filaos et fougères arborescentes. Des fuchsias et des impatiences de Madagascar bordent les bas cotés.



Puis les fougères arborescentes cèdent la place à une végétation sèche de graminées et fougères « classiques » dominée par une forêt clairsemée de filaos à la frondaison légère. Notre guide nous fait gouter quelques physalis trouvés dans le sous bois.




Brusquement au détour d’un virage, le voilà !

Le Semeru
imposant de puissance
Et nous, si petits


Chacun se tait 
Ecrasé par cette masse noire
Cône gigantesque
S’élevant 1000 m au dessus de nous
Les yeux scrutent les flancs du volcan
A la recherche d’un sentier
Menant au sommet
Rien …
Qu’une vague trace grisâtre
Montant droit dans la pente
« C’est par là » nous dit le guide
A ce moment, comme un avertissement,
Le Semeru crache sa colère
Dans un nuage de vapeur

 

Après quelques minutes d’observation nous repartons. Le bivouac est à une vingtaine de minutes de marche. Alors que notre équipe de porteurs préparent le repas, le soir tombe.

Un magnifique lever de lune
Et son globe rouge sang
Enorme, au ras de l’horizon
Puis montant doucement dans le ciel
Un ciel étoilé d’hémisphère Sud
Le scorpion dressant fièrement sa queue
Dans sa poursuite éternelle d’Orion
Sans jamais réussir à le rattraper
La croix du Sud
Tel un cerf-volant
Planant au bas de l’horizon

Il est temps d’aller se coucher et d’essayer de dormir un peu. Personne n’évoque l’ascension du lendemain mais une petite appréhension étreint la plupart d’entre nous. Nous avons reçu 5 sur 5 l’avertissement du Semeru !