Des effluves agréables
Nous chatouillent le nez
Annonçant au détour du virage
Une maison
Et sa récolte de clous de girofle
Après le nez
Ce sont les yeux qui s’émerveillent
Partout
Au bord de la route
Dans la cour
Sur le toit
Des nattes et des claies en bambou
Regorgent de clou de girofle
A différents stades de maturité
Vert orangé juste après la cueillette
Brun clair en cours de séchage
Brun foncé en fin de cycle
C’est une explosion de couleurs et d’odeurs !.


Une très belle balade de village en village et l’occasion de tout savoir sur le clou de girofle !


Cette épice que vous rajoutez à vos ragoûts provient d’un arbre : le giroflier. Arbre élégant haut de 20-30 mètres aux branches élancées montant droit vers le ciel.


En juillet les boutons floraux apparaissent mais les fleurs n’auront pas le temps d’éclore !





Des hommes envahissent la frondaison des arbres. Les plus jeunes, agiles comme des singes, grimpent pieds nus. Sans aucune assurance, gardant on ne sait comment leur équilibre, pieds calés sur des branches qui semblent pourtant tellement fines, parfois aidés par un simple bambou fixé en travers de la cime de l’arbre, ils ramassent les bouquets floraux qu’ils jettent dans de grands sacs de jute accrochés en dessous d’eux à une branche. 




Les plus prudents ou les moins agiles utilisent une échelle en bambou. De confection locale, longues d’une dizaine de mètres, elles nécessitent d’être sérieusement amarrées avant d’y monter. 



La suite est du ressort des femmes. Patiemment elles détachent chaque bouton floral de la rafle. Etalés au soleil sur des nattes en bambou, régulièrement remués, les boutons floraux passeront en quelques jours du vert-orangé au brun foncé une fois tout à fait secs.









Quelques idées de chiffres :
3 kg de clous de girofle cueillis donnent 1 kg de clous de girofle séchés
Clou de girofle vert : 25 000 rupias le kg soit un peu plus de 2 euros
Clou de girofle séché : 80 000 rupias le kg soit environ 7 euros
Le giroflier c’est comme le cochon ! Rien ne se perd, tout est utilisé.
Les rafles sont gardées et mises à sécher à part. Concassées, elles serviront à la confection des cigarettes locales : les kreteks !


A l’automne les feuilles mortes du giroflier sont ramassées, stockées à l’abri puis distillées. 80 tonnes de feuilles donneront 20 litres d’huile utilisée entre autre pour soigner les démangeaisons de moustiques.

Les clous de girofle n’ont plus de secrets pour moi !!