Le dicton du jour : « Qui ne veut se donner aucun mal, ne mérite aucun bien. »

Le prénom de la semaine : QUENTIN

Le prénom Quentin a pour origine le prénom latin Quintus qui signifie "cinq" ou "cinquième". La coutume à Rome voulait que l'on prénomme Quintus le cinquième enfant d'une famille.

Ce prénom s'est largement répandu dans le monde occidental dès l'Antiquité. Totalement éclipsé par la mode des prénoms germaniques au cours du Moyen Âge, comme le furent tous les prénoms latins, on finit par le réintroduire dès le 16ème siècle. C'est sans doute grâce au grand succès du roman de Walter Scott, "Quentin Durward", qu'il réussit à se populariser à l'aube du 19ème siècle. En France, il connaît un grand succès depuis les années 1980 et figure au palmarès des prénoms masculins les plus attribués depuis une dizaine d'années.

Saint Quentin fut un jeune aristocrate romain envoyé pour évangéliser le nord de la Gaule. Persécuté sous le règne des empereurs romains Dioclétien et Maximien, il fut décapité. On l'honore le 31 octobre.

Ce jour-là : Naissance de l’irréductible Gaulois.

Le 29 octobre 1959, le scénariste René Goscinny et le dessinateur Albert Uderzo donnent naissance aux personnages mythiques de la bande dessinée franco-belge, Astérix  le gaulois et son compère Obelix. Parution du premier exemplaire dans le n°1 de la revue Pilote.
Dans les quarante années qui suivront, les deux Gaulois vont vivre pas moins de trente quatre aventures. Les ventes cumulées des albums, traduits dans cent-sept langues, représentent 350 millions d'exemplaires, ce qui en fait la bande dessinée européenne la plus vendue dans le monde.

Après la mort de René Goscinny en 1977, Albert Uderzo poursuit seul la série, puis passe la main en 2013.

Le 24 octobre dernier est paru leur 35ème aventure : « Astérix et Obélix chez les Pictes », avec Jean Yves Ferri au scénario, Didier Conrad au dessinet Thierry Mébarki à la couleur.

Astérix chez les Pictes

Astérix chez les Pictes (site officiel www.asterix.com/index.php.fr )

Trucs et astuces : Pour mettre une taie d’oreiller rapidement, il suffit de mettre la taie à l’envers, de rentrer ses bras à l’intérieur et de prendre l’oreiller par deux coins. Retourner la taie d’un coup, et voilà !

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Potage aux châtaignes

Pour 6 personnes, il vous faut : 1,5 kg de châtaignes ; 2 oignons, 20 g de beurre ; 2 poireaux ; 1 branche de céleri ; 1gousse d’ail ; sel et poivre.

*Incisez les châtaignes. Plongez-les 5 mn dans l’eau bouillante, puis épluchez-les en retirant la peau intérieure.

*Epluchez et hachez les oignons, les poireaux, le céleri et la gousse d’ail. Sur feu doux, mettez le beurre et faites-les cuire doucement jusqu’à ce qu’ils dorent.

* Mouillez avec 1,5 l d’eau. Salez, poivrez et ajoutez les châtaignes. Laissez cuire 1 heure.

*Réservez quelques châtaignes. Mixez le potage.

*Versez dans une soupière et ajoutez les châtaignes réservées.

Le saviez-vous ? Voici revenu les temps des châtaignes, mais au fait, châtaignes ou marrons ?

La châtaigne fut longtemps la base de l'alimentation humaine dans des régions entières telles que le Massif armoricain, le Massif central, la Corse, le Portugal ou l'Italie du Nord…

 Dans ces campagnes, la châtaigne remplaçait souvent les céréales : on appelait d'ailleurs le châtaignier "l'arbre à pain", mais aussi "l'arbre à saucisses" car les châtaignes servaient aussi à l'alimentation des porcs.

Mais quelle est la différence entre une châtaigne et un marron ?

Châtaignes et marrons désignent le même fruit, le marron étant juste un type de châtaignes : le marron est une châtaigne dont le fruit, non cloisonné, ne comporte qu’une seule amande plus grosse alors que la châtaigne proprement dite en contient plusieurs (entre 2 et 5).

Ce sont donc la forme et la taille des amandes qui les différencient. Le marron est notamment utilisé pour fabriquer des marrons glacés, qui nécessitent des fruits entiers.

DSCF0026

Origine de l’expression : Tirer les marrons du feu

Dans le français actuel, cette expression a un sens opposé à celui avec lequel elle est attestée depuis trois siècles au moins. Aujourd’hui, pour la plupart d’entre nous, tirer les marrons du feu, c’est saisir dans le feu (donc se trouver dans une situation risquée ou périlleuse) les marrons grillés (de bonnes choses) pour les manger. Le risque profite à qui le prend. Celui qui ose affronter un danger est payé en retour de son courage.

Or, l’expression a une tout autre signification. Elle ne signifie pas que les risques profitent à ceux qui les prennent, mais à une tierce personne, manipulateur, spéculateur, attentiste, malin, qui tire un gros avantage de la mise en péril d’autrui.

Cette expression est citée dès 1640 sous la forme « tirer les marrons du feu avec la patte du chat ». Mais elle a été popularisée par Jean de la Fontaine dans sa fable « Le singe et le chat » On y voit le chat Raton retirer du feu au profit du singe Bertrand les marrons qui y grillent. http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jean_de_la_fontaine/le_singe_et_le_chat.html

Jeu : Deux en un ! Avec chaque mot long, faites-en deux courts. Utilisez toutes les lettres. EX : ANTILOPE = LION + PATE

LOSANGE

LIMANDE
FABRIQUE

MIGNARDISE
ORANGERIE

Solution du jeu de la semaine dernière :

Horizontal: OXYDE, SOCLE, STAGE

Vertical: OASIS, YUCCA, EBENE

En diagonal : ONCLE, EXCES

Les délices du terroir : Les marrons glacés de l’Ardèche

Le marron glacé est une confiserie composé d’un marron, confit dans un sirop de sucre et glacé au sucre glace. Il existe différentes théories sur l’origine du marron glacé qui apparaît dès le 16ème siècle à Lyon. Lors de la crise autour de l’élevage du vers à soie, une importante main d’œuvre va devenir disponible et émigrer vers l’Ardèche où la première fabrique de marrons glacés a été créée par Clément Faugier en 1882 afin d'utiliser une matière première importante dans la région - l'Ardèche est le premier département producteur de châtaignes tant en volume que par la qualité. D'autres entreprises ardéchoises virent le jour quelques années plus tard.

Bons mots et phrases assassines : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » (Albert Einstein)

Reflet

Moi qui n’aurais aimé, si j’avais pu choisir,

Qu’une existence calme, obscure et sans désirs,

Une pauvre maison dans quelque bois perdue,

De mousse, de jasmins et de vigne tendue…

(Gérard de Nerval)