Le dicton du jour : "En octobre, qui n'a pas de manteau doit en trouver un bientôt."

La Journée de la semaine : Le 16 octobre : Journée mondiale de l'alimentation   

octorbe-alimentatinEn novembre 1979 lors de la Conférence del’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, les pays membres de la FAO (Food and Agriculture Organisation) instituaient la Journée mondiale del'alimentation (JMA). La date choisie (le 16 octobre) est celle de l'anniversaire de la fondation de la FAO en 1945.

Le thème de la Journée mondiale de l’alimentation 2013 sera : “Des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition”.
Ce thème officiel sert de guide aux célébrations de la Journée et contribue à mieux appréhender les problèmes et solutions dans la lutte contre la faim dans le monde. 

A l’heure actuelle, près de 870 millions de personnes souffrent de sous-alimentation chronique. Des modèles de développement non durables nuisent à l’environnement, menacent les écosystèmes et la biodiversité, indispensables à notre sécurité alimentaire future.

Alors, à quoi ressemblerait un système alimentaire durable ?  Est-il possible d’y parvenir ?  Et que faudrait-il changer pour atteindre ce but ? Les réflexions engagées au cours de cette journée sont l’occasion de se pencher sur ces questions et bien d’autres, concernant l’avenir de l’humanité.

Ce jour-là : Naissance de « La Merveille de l’Occident »

Le 16 octobre 708 au temps des rois mérovingiens, si l'on en croit le récit d'un moine du haut Moyen Âge, un évêque d'Avranches du nom d'Aubert dédicace un sanctuaire en l'honneur de l'archange Saint Michel. Selon la légende de la fondation des édifices du Mont St-Michel les historiens font référence à ce texte :

" En 708, Aubert évêque d'Avranches, suite à une apparition de l’archange Saint Michel, reçoit l'ordre de celui-ci de construire un édifice dans lequel seraient loués les mérites du dit archange. L'évêque n'osant croire à pareille chose, ne fit rien et décida d'attendre. L'archange lui apparut une seconde fois mais, ne croyant toujours pas en une apparition angélique, Aubert remit à plus tard cet ambitieux projet. Pourtant, à la troisième apparition, l'évêque ne peut plus avoir de doutes. Saint Michel, dans son courroux de ne point avoir été obéi, et pour preuve de son immense pouvoir lui laissa un trou dans la tête comme témoignage." Le crâne de l’évêque est conservé dans la basilique St Gervais d’Avranches et porte les traces d’un tel stigmate.

Le sanctuaire est situé sur le mont Tombe, au milieu d'une vaste baie ouverte sur la Manche. Régulièrement agrandi et embelli au fil des siècles, jusqu'à nos jours, le sanctuaire va devenir l'un des plus célèbres lieux de pèlerinage du monde sous le nom de Mont Saint Michel au Péril de la Mer

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979, avec plus de 1,335 million de visiteurs par an en 2010, l'abbaye fait partie des premiers sites culturels visités en France

Trucs et astuces :  Après les barbecues  et le temps des grillades, voici venir celui des feux dans la cheminée. Pour raviver des braises qui menacent de s’éteindre il suffit de jetez une poignée de gros sel sur les braises, ce qui permet au feu de reprendre vigueur très rapidement.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Pancakes faciles

Pour 2 personnes il vous faut : 1 œuf ; 1 cuillère à soupe de sucre en poudre ; 1 cuillère à soupe d'huile ou de beurre fondu ; 150 g de farine ; 1 bonne cuillère à café de levure ; 200 ml de lait.

*Dans un saladier, battre les œufs et le sucre. Y rajouter le beurre fondu ou l'huile.
*Mélanger à part la farine et la levure, puis en mélanger la moitié avec la préparation.
*Délayer progressivement avec le lait tout en rajoutant l'autre moitié de farine petit à petit (cela évitera de créer des grumeaux).

*Aucun temps de repos n'est nécessaire, si ce n'est juste le temps de faire chauffer votre poêle à feu moyen.
*A l'aide d'une petite louche ou d'une grosse cuillère à sauce, déposer des "ronds" dans la poêle.
*Lorsque les bulles apparaissent et éclatent, retourner les pancakes et ne pas les laisser plus d'une min sur l'autre face.

Les manger avec du miel, confiture, fruits et bien d'autres choses.

En version salée peuvent remplacer les blinis avec du saumon fumé ou des œufs de lump.

Origine de l’expression : Des vertes et des pas mûres…

Si "vert" et "mûr" sont des termes mis en opposition depuis le 13ème siècle, c'est au 15ème siècle qu'est apparue cette expression sous la forme : "bailler de belles, des vertes et des mûres". Le sens du mot "vertes" varie en fonction du contexte. Il peut s'agir de plaisanteries ou au contraire de propos désagréables. Ce mot sert également à désigner un fruit qui n'est pas mûr, donc acide. On note d'ailleurs la redondance entre les "vertes" et les "pas mûres", qui a pour effet d'amplifier le sens de l'expression. En voir ou en entendre « des vertes et des pas mûres » signifie que l'on entend des propos désagréables, choquants, excessifs, incongrus ou pénibles.

Jeu : personne n’ayant été tenté par le jeu la semaine dernière, je le propose à nouveau à votre sagacité.

Mots en ligne

Avec les 9 lettres proposées formez huit mots de cinq lettres qui pourront se lire horizontalement, verticalement et en diagonale.

C, E, A, Y, E, S, O, S, E

 

X

 

D

 

A

N

U

X

B

 

O

 

L

 

I

E

C

L

N

 

T

 

G

 

Les délices du terroir : Le caramel au beurre salé (Bretagne)

La Bretagne est, par excellence, le pays du beurre salé et les grands-mères l'utilisaient déjà, il y a fort longtemps, dans la fabrication de caramels destinés à leurs petits-enfants. C'est sur cette tradition que sont nés les caramels au beurre salé, douce alliance de salé et de sucré. Natures ou agrémentés d'amandes, de noisettes ou de noix ; au chocolat ou à la vanille, ils se présentent toujours en papillotes de cellophane.

caramel-beurre-sale-breton3Bons mots et phrases assassines : « Les enfants il vaut mieux les réussir, sinon ils ne vous ratent pas. » (Jean Cocteau)

Le saviez-vous ? Le coup de Grasse

Autrefois cultivées sur toutes les collines autour de Grasse, les roses à parfum donnaient dans l’entre-deux-guerres, mille tonnes de pétales. Aujourd’hui, elles n’occupent plus que quelques parcelles disséminées entre les villas. On y cultive la rose de Mai, une forme spéciale de Rosa centifolia. Son rendement est moindre que « Kazanlyck », planté au Maroc et en Bulgarie, mais ses effluves sont plus suaves. Le parfum est produit par l’enfleurage à froid qui extrait le parfum sans l’altérer par macération dans un corps gras solide. Lavé à l’alcool, celui-ci rend ensuite un précieux extrait employé en parfumerie. Il faut récolter cinq tonnes de pétales pour obtenir un kilo d’extrait. Celui des roses de Grasse entre notamment dans la composition du fameux N° 5 de Chanel.

Roseraie 2