Le dicton du jour : « Qui ne nourrit pas le chat, nourrit le rat. »

Le prénom de la semaine : INGRID

Ingrid est un prénom féminin d'origine scandinave et signifie " aimée du dieu Ing ", dieu de la fertilité et de la paix dans la mythologie nordique.

Le prénom Ingrid a d'abord été très utilisé dans les pays scandinaves. C'est à partir des années 1960 qu'il connaît un grand succès dans beaucoup d'autres pays, tels que la France, les États-Unis et l'Italie. Notamment grâce au succès mondial de l'actrice Ingrid Bergman (1915-1982). Depuis ce prénom a régressé dans les statistiques.

Petite fille du roi de Suède, au 13ème siècle, après un pèlerinage en Terre Sainte et à Rome, Ingrid, fêtée le 2 septembre, décide avec l'appui des premiers missionnaires dominicains de fonder un couvent de religieuses cloîtrées dans son pays. Elle en devient la première prieure et meurt en 1282.

Ce jour-là : Drame à Villequier

Le 4 septembre 1843, en villégiature à Villequier, sur la Seine, Léopoldine Hugo, fille de Victor Hugo, monte dans un canot avec son mari Charles Vacquerie et deux amis. L'embarcation, trop légère, est lestée à l'aide de pierres ramassées sur le quai. Suite à une rafale violente et soudaine, l'embarcation est déséquilibrée par le mouvement des pierres dans le bateau. Les deux personnes accompagnant le couple périssent, Léopoldine ne sait pas nager et se noie sous les yeux de son mari qui, pourtant sauvé, se laisse couler dans la Seine. Léopoldine a alors 19 ans et Charles 27.

Le poète, en voyage en Espagne, ne découvre le sort tragique de sa fille préférée que le 9 septembre, en lisant dans le journal Le Siècle, le récit du drame.

De cette tragédie, il nous reste un immortel poème qui évoque le pèlerinage périodique du poète sur la tombe de sa fille :

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,             Léopomdine Hugo

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au-dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

Et, quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

3 septembre 1847 (Les Contemplations).

 

Trucs et astuces : Voulez-vous défaire un nœud sans vous énerver : Tordez sur elle-même une des extrémités et poussez. Magique !

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Cannelés au chorizo et au Comté

Pour 6 personnes, il vous faut : 250ml de lait ; 30g de beurre ; 50g de Comté râpé ; 50g de chorizo ; 1 œuf entier + 1 jaune ; 50g de farine ; sel, poivre.

*Faites fondre le beurre dans une casserole puis mélangez-le dans un saladier avec le lait.

*Ajoutez les œufs, incorporez la farine et mélangez le tout.

*Ajoutez le Comté râpé et le chorizo coupé en petits morceaux. Salez, poivrez.

*Mixez le tout pour obtenir une pâte homogène.

Verser dans des petits moules, types mini cannelés.

*Faites cuire au four (th. 7, 210°C) pendant 20 à 30mn.

Le saviez-vous ? Comme nous le rappelle la célèbre chanson, incontournable de toutes les rentrées scolaires « Colchiques dans les prés… », c’est bientôt la saison de ces bulbes à jolie floraison automnale rose/mauve. Le colchique tire son nom de Colchide, sur les bords de la mer Noire, patrie, dans la mythologie grecque, de la magicienne et empoisonneuse Médée. Cela n’a rien d’étonnant, car cette plante est violemment toxique. Elle est même parfois nommée « tue-chien ». Mais comme la plupart des plantes toxiques, elle a aussi des propriétés médicinales reconnues dès le 2èmesiècle par le médecin grec Galien qui le préconisait déjà pour le traitement de la goutte. C’est encore cet usage qui lui est réservé dans la pharmacopée moderne.

Colchiques

 

Origine de l’expression : Jouer (faire) la belle

Cette expression qui signifie jouer la manche supplémentaire qui permet de désigner le vainqueur d'une partie lorsqu'il y a égalité, nous fait remonter aux tournois et aux joutes du Moyen Âge, auxquels participaient les chevaliers de l'époque.
Les femmes y occupaient une place importante puisque, pendant le tournoi, les chevaliers arboraient les couleurs d’une dame sous la forme d’une manche délacée de sa robe.
Celui qui combattait bravement emportait la 2e manche.
A la victoire d'après, il « gagnait » la gente dame (la belle) qui le récompensait d’un baiser.
C'est donc peut-être bien pour cela qu'on joue maintenant une manche, puis une deuxième manche, puis la belle.

Selon d’autres interprétations jouer (faire ) la belle serait tout simplement un raccourci de avoirl a partie belle exprimant l’idée de succès facile.

Jeu : Plus une…

A chacun des mots, ajoutez la lettre proposée pour former un nouveau mot.

PITON + O =

PONTE + I =

PIETA + R =

LOTIE + P =

POSTE + R =

Solution du jeu de la semaine dernière : Les trois mots à trouver en suivant la consigne étaient les suivants :

BEAUFORT, FORTIFIER, ROUTIERE

FORTUITE marche aussi : bravo Cassy !

Bons mots et phrases assassines : « L'amitié est un contrat par lequel nous nous engageons à rendre de petits services à quelqu'un afin qu'il nous en rende de grands. » (Montesquieu)

Des arbres et des dieux : Le LAURIER

Le laurier est originaire d’Asie, mais il s’est très rapidement acclimaté aux régions méditerranéennes. Dans la mythologie grecque, il est associé à l’histoire de la nymphe Daphné. Selon Ovide, Daphné fut le premier amour d’Apollon le dieu grec du chant, de la musique et de la poésie. Comme Daphné fuyait Apollon et allait être rattrapée par lui au terme d’une longue poursuite, Pénée, dieu-fleuve et père de Daphné, métamorphosa sa fille en laurier pour la protéger. Dès lors, Apollon fit du laurier son arbre et le consacra aux triomphes, aux chants et aux poèmes.

Le laurier est, avec l’épicéa et le sapin, l’un des rares organismes végétaux qui restent vert en hiver. Cette caractéristique en fait un symbole d’immortalité. Apollon et les dieux qui président aux arts libéraux ont des couronnes de laurier pour signifier que les ouvrages de génie seront immortels.

Dans la Rome antique : le laurier est consacré à Jupiter. Composée de deux rameaux, la couronne de laurier devient l’attribut de l’empereur, marquant son pouvoir suprême ; elle est placée sur la tête en symbole de gloire. En ce sens, elle est aussi utilisée comme récompense de compétitions sportives. Le laurier est vraiment le symbole de la victoire.

Au Moyen Age la couronne de laurier est utilisée pour symboliser la gloire de la poésie et l’immortalité. Les grands poètes et les savants distingués dans les universités sont couronnés de laurier. Il semble que le mot « baccalauréat » soit issu de la remise de « baccae laurae » (rameaux de laurier à baies) aux diplômés de l’époque.

Les délices du terroir : L’anis de Flavigny

Les Anis de Flavigny sont des friandises élaborées en Bourgogne à Flavigny-sur-Ozerain. Chaque bonbon est fait d'une graine d’anis vert enrobée de sirop de sucre aromatisé : anis, violette, rose, menthe, réglisse, oranger…

Ce sont des moines bénédictins qui, en 719, lors de la fondation de l’abbaye de Flavigny, se lancèrent dans la fabrication de ces bonbons en utilisant l'anis rapporté au début de notre ère par un voyageur romain nommé Flavius.

Par le procédé de dragéification, la graine d'anis est recouverte de fines couches successives de sirop de sucre. Il faut quinze jours au dragéiste pour faire d'une petite graine de deux milligrammes un bonbon d'un gramme. Depuis 1591, les dragéistes qui se sont succédé sont restés fidèles à la recette.

Les bonbons sont toujours vendus dans les petites boîtes métalliques ovales, ornées du célèbre couple de bergers. Le décor des boîtes a évolué au cours des siècles , de nouveaux décors sont apparus et les petites boîtes font, aujourd'hui, l’objet de collections.

 

Anis de Flavigny 1                           Anis de Flavigny 2