Le dicton du jour : « Il ne faut pas attendre la soif pour tirer l'eau du puits. »

Le prénom de la semaine : AMEDEE,

Prénom masculin d’origine latine de amadeus, « aimé de Dieu »

Amédée fut un prénom royal et chevaleresque pendant de nombreux siècles. Le héros du roman le plus lu au XVIe siècle, Amadis de Gaule, apprécié aussi bien par les Espagnols et les Italiens que par les Français, porte ce prénom qui fut aussi celui de neuf princes de la maison de Savoie. C'est l'un d'eux, gendre du roi de France Charles VII, qui est le saint protecteur des Amédée, fêté le 30 mars. Prince exemplaire par son courage et son engagement pour la paix, il mourut en 1472. C’est le prénom de Mozart et du peintre Modigliani.

Ce jour-là : Inauguration de la Tour Eiffel

La Tour Eiffel fut inaugurée le 31 mars 1889, en avant-première de l'Exposition universelle de Paris qui commémorait le centenaire de la Révolution française. Elle a été construite sur les plans audacieux de l'ingénieur Gustave Eiffel qui, passionné par les progrès de la sidérurgie, voyait dans le fer le matériau de l'architecture du futur. Il avait créé sa propre société en 1867, à 35 ans, et mis au point des structures métalliques en forme de treillis, qui alliaient légèreté, souplesse et résistance et qu’il utilisa dans d’autres réalisations comme, par exemple, la structure de la statue de la Liberté. Prévue pour être détruite après l'exposition, la Tour Eiffel dut sa survie à l'installation à son sommet d'un émetteur radio qui a rendu sa conservation indispensable

Quelques chiffres : la Tour Eiffel a été construite en 2 ans, 2 mois et 5 jours. Elle mesure 318 mètres et pèse 10.100 tonnes, avec 18000 pièces de fer et 2500000 rivets. En 2009, pour ses 120 ans, la Tour Eiffel s’est refait une beauté (la dix-septième) qui nécessita 60 tonnes de peinture, 1500 brosses, 5000 disques abrasifs... et le travail de 25 artisans.

Trucs et astuces : Pas de petites économies :

Une astuce pour économiser de l'eau au quotidien : en ouvrant le robinet d'eau chaude, de l'eau froide s'écoule avant l'arrivée d'eau chaude. Pour éviter de gâcher cette eau, on peut la récupérer dans une bouteille en plastique pour arroser les plantes par exemple.

Cela peut paraître banal, mais à la fin du mois ça fait beaucoup d'eau.
J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Pouding à la canadienne

Pour 4 à 6 personnes, il vous faut : 5 à 6 tranches de pain beurrées ; 250g de cassonade, ou mieux, de sucre d'érable ; 3 tasses de lait (750 ml) ; 1 œuf ; 1 pincée de muscade

*Beurrez le pain et coupez-le en morceaux.

*Dans un plat allant au four, mettez une rangée de pain, puis une rangée de sucre d'érable en alternant ainsi jusqu'au 3/4 du plat.

*Faites chauffer le lait sans le faire bouillir, ajoutez l'œuf battu.

*Versez sur le dernier rang de pain.

*Aromatisez de muscade et cuire au four th.7, de 30 à 40 minutes.

*Servez avec du sirop d'érable.

Le saviez-vous ? Les giboulées (souvent dites " de mars ") sont liées au passage de l'hiver au printemps. Ces brèves etAprès la giboulée brusques averses accompagnées de vent, de fortes pluies, de neige, de grêle, de grésil ou encore de neige fondante, entraînent généralement un brusque refroidissement à leur passage. Au contraire, lors d'une éclaircie entre deux giboulées, le soleil donne l'impression d'un temps agréable et doux.

La formation des giboulées est directement liée à l'instabilité de l'atmosphère. Celle-ci est globalement liée à l'écart de température entre les basses couches de l'atmosphère (1500 premiers mètres) et la moyenne troposphère (autour de 5000 mètres d'altitude).

 

A la fin de l'hiver, l'air reste froid en altitude, alors que les basses couches se réchauffent progressivement. Lorsque cet écart de température devient important, l'instabilité va générer de puissants courants ascendants, formant des nuages instables : cumulus imposants et cumulonimbus. De plus, l'air étant très froid en altitude, lorsque les précipitations se déclenchent, la température chute brutalement au niveau du sol. Si cette baisse est suffisamment importante, la neige peut même remplacer la pluie.

Origine de l’expression : Tchin-tchin !

L’expression, est une onomatopée qui imite le bruit que font deux verres lorsqu’on trinque. La coutume a traversé les âges puisque dans l'antiquité on pensait que le bruit des coupes qui trinquaient chassait les mauvais esprits qui pouvaient résider dans les coupes... Au Moyen Âge, l’empoisonnement était le plus sûr moyen d’éliminer un adversaire et les aliments étaient souvent sujets à suspicion. Pour se protéger, les seigneurs avaient pris l’habitude de mêler la boisson de leur verre à celle de leurs convives, les invitants ainsi à boire la même chose qu’eux. Plus tard, cette tradition se serait muée en un geste simplifié: le seigneur heurtait sa coupe, remplie à ras bord, à celle de son compagnon de table, ce qui faisait immanquablement déborder sa boisson dans le verre de son partenaire… premier “tchin”, le deuxième “tchin” faisant allusion au son que provoquait à son tour la coupe du convive qui effectuait la même manœuvre en sens inverse. De nos jours, cette coutume n’est plus signe de défiance, mais bien de fête, et s’est simplifiée, puisqu’on ne trinque plus qu'une seule fois.

Jeu : Encore quelques dingbats :

Deux expressions :

FessesFessesFessesFessesFessesFesses

PERSONE

Et un titre :

SYMPH

Solution du jeu de la semaine dernière : Bravo à les4vents qui a fait preuve de beaucoup de rapidité !

ROULEAUETRE : être au bout du rouleau

KIT OU OU : quitte ou double

POI  RE : couper la poire en deux

Bonne nouvelle : Le 21 mars est devenue officiellement "la Journée internationale des forêts", reconnue par les Nations Unies.Cette Journée a pour objectif de célébrer tous les types de forêts et d'arbres (même hors forêt) afin d'augmenter la prise de conscience de leur importance pour la vie sur Terre et pour les sociétés humaines. Chaque Journée internationale des forêts sera un rappel pour que les citoyens du monde respectent davantage les forêts et la formidable biodiversité qui y trouve refuge. Cela doit impérativement passer par une exploitation forestière raisonnée et durable pour mettre un terme au commerce de bois, illégal, massif et destructeur.

Animaux et êtres fantastiques de la mythologie : Le BASILIC

Ce Basilic n’a rien à voir avec la plante aromatique qui parfume si agréablement nos salades d’été. Il s’agit d’un animal fabuleux hybride, mélange de coq et de serpent. Présent dès l’Antiquité et important dans le bestiaire du Moyen Âge, il est l'incarnation même du pouvoir royal qui foudroie ceux qui lui manquent d'égards. En effet, le Basilic tue d’un simple regard, provoquant d’abord la paralysie puis la mort. On dit aussi qu’il peut pétrifier tout être vivant. Ce redoutable pouvoir est à double tranchant puisque le basilic peut mourir en voyant son propre regard, dans un miroir par exemple ! De même, on dit aussi que son regard peut dévaster la végétation de contrées entières et cuire tout ce qui est vivant. Ce personnage, décidément peu fréquentable, a en outre une salive qui est un dangereux poison. Sa mort peut intervenir s’il entend le chant d’un coq. Seules la belette est la fouine sont immunisées contre lui.

 

Giroflées

 

 Mars, qui rit malgré les averses

Prépare en secret le Printemps…

(Théophile Gautier)