Nous voilà donc coincés à Juphal ne sachant pas exactement quand nous pourrons partir
Réveil à 6H le lendemain matin. Faire nos sacs, défaire les tentes, tout doit être prêt en cas d’arrivée rapide d’un avion.
Puis l’attente commence. Pas question cette fois ci d’aller se balader aux alentours. Nous devons rester sur place.
Chacun gère ce temps « d’entre deux eaux » à sa façon. Les guides et notre équipe de portage se lancent dans un jeu de poker effréné.

Pour ma part, j’écris un peu et je m’amuse à traquer des cheparros qui décidément deviennent mes compagnons privilégiés d’attente !


Certains lisent, d’autres ne cessent de bouger, scrutant les montagnes au loin, épiant le moindre bruit d’un moteur. Notre trentenaire râleur va régulièrement aux nouvelles et nous tient informés.
9 heures du matin
Branle bas de combat
Un avion arrive !
En provenance de Nepālganj
La nouvelle court de toit en toit
Les livres se ferment
Les jeux de cartes s’arrêtent
L’indolence fait place à l’excitation

En l’espace de quelques minutes
Une foule compacte s’est massée le long de la piste
Derrière les barbelés et un cordon de policiers
Quant aux mules et aux chiens
Ils ont été priés de la dégager !
Les passagers se pressent au point de contrôle
Simple cabane en bois et au toit démoli
Souvenir des maoïstes
La fouille des bagages s’effectue
Sous l’œil curieux des passagers déjà contrôlés
Et de ceux encore à l’extérieur
Qui n’hésitent pas à regarder par les interstices des murs


Bruit de moteur !
Le premier avion de Tara Air atterrit
La fouille des bagages s’accélère et devient minimale
Il n’y a pas de temps à perdre !


A peine atterri l’avion effectue un demi tour
Moteur toujours en marche
Passagers et bagages sont sortis en un clin d’œil
Alors qu’un deuxième Tara Air atterrit à son tour
En tant que touristes
Nous sommes prioritaires
Nos sacs sont entassés rapidement dans la soute
On nous presse de monter dans l’avion
Le moteur n’a pas cessé de tourner
Quinze minutes après avoir atterri
Le Tara Air repart avec ses nouveaux passagers
Direction Nepālganj
Rapidement imité par le deuxième Tara Air 

La mousson ne laisse pas beaucoup de créneaux
Il faut les exploiter au mieux
Et maximiser la rotation des avions