Barbaroux, la combe Sangui, Lamoretie, Sangoux, ces noms de villages en ce Haut-Quercy, proche de Martel, ou encore Loupchat, m'interpellent d'autant plus que certains de leurs habitants soutiennent que ces noms ont une longue histoire.

Strenquels en automne oct 2012 052  

               La combe Sangui … 

          Strenquels en automne oct 2012 028

                             Habitantes … paisibles (!) de Barbaroux   en ce 23 octobre  2012 , 1 279 ans après la “bataille de Martel”  

 

http://www.quercy.net/qmedieval/histoire/articles/trad_locales/trad_locales.html

Quelle part faut-il faire de la vérité historique et de la légende ? Ce qu'en dit l'historien Jean Lartigaut me convient : « Les légendes ne sont pas des rebuts aux yeux de l’historien puisqu’elles furent secrétées par les hommes, matière première de l’histoire. Nous devons tenter avec lucidité et modestie de faire leur place au rêve, à l’imaginaire et à leurs embellissements ou divagations, une place nettement balisée afin d’éviter la confusion entre ce qui fut et ce qui appartient au domaine des songes ».

                                         ---------

Voici donc quelques images et des légendes qui s'y rattachent, véhiculées par la tradition orale, citées encore aujourd'hui avec conviction par certains et consignées par un pittoresque personnage - selon Marguerite Guély* , historienne locale - Gussy Lherm -  dans les années 1950 dans un opuscule étrange « La Bataille de Martel » développant les thèses de l'abbé Larnaudie  élaborées vers 1880  à partir des consultations de la tradition orale et visite des lieux.

IMGP1100

                                         L’église de Loupchat

Si contestation il y a, la faute en reviendrait à Charles Martel qui selon les uns , en particulier le fameux Gussy Lherm aurait battu à plate couture l'armée sarrazine de Abderamane (des Arabes!) forte de 4 000 hommes. Ca devait faire du monde sur le plateau de Barbaroux ! Et ces gens-là étaient très, très méchants. Pensez-donc : « Les Arabes, sans vergogne, avaient enlevé femmes et enfants, égorgé les touts petits et les vieux » . Je passe sur les scènes d'une horreur indescriptible qui, vous l'aurez compris, ne pouvaient que justifier le nom du lieudit : Barbaroux. A cause des barbares, ces Sarrazins que Anatole France voit sous un autre jour : " le jour de la bataille de Poitiers la science, l’art et la civilisation arabes reculèrent devant la barbarie franque."

MartelPoitiers

La bataille de Poitiers (image du site hérodote.net)

Exagération ? Non ! L'opuscule de Gussy Lherm explique comment Charles L'Héristal s'emparant d'un marteau (maurtel en occitan) à la selle d'un ennemi défait, abattit avec cet outil un si grand nombre de Sarrazins qu'on ne l'appela plus que Charles Martel. Celui-ci, selon la légende, fit bâtir l'église Saint-Maur de Martel en souvenir de sa victoire contre les Sarrazins et ainsi, serait née la ville de Martel...

martel juin 2010 008

L’église de Martel

Le hiatus, c'est que en cette période (732-735), si bataille il y a eu, elle opposait Les Francs de Charles Martels et les Aquitains - des fils de Eudes* – alliés de circonstance pour la fameuse bataille de Poitiers. Comment Abd-el-Rahman (ou Abderame) mort à la bataille de Poitiers en 732, pouvait-il commander son armée l'année suivante sur le plateau de Barbaroux ?

Légende de Barbaroux 1

                                     Charles Martel… (image Google)

Ah, j'allais oublier, selon Gussy Lherm, les combattants des Sarrazins et Charles Martel lui-même étaient des Gaulois …

Et il resterait des traces de cette bataille homérique : les tumulus sous lesquels seraient enterrés les 500 vaillants « Gaulois » morts au combat. A proximité, il y a la combe Sangui qui tirerait son nom de la trainée de sang et d'écume sanguine dans le ruisseau, le Vignon sans doute.

strenq villages 1

L’œil  de la Doux, naissance du ruisseau Le Vignon, affluent de la Tourmente

Les Arabes refluant sous les coups de boutoir de l'ennemi se retranchèrent à Sangou au bord de la falaise ou sombrèrent de nombreux chevaux et leurs cavaliers « fracassés dans la chute » avant d'être exterminés dans les marais de Condat-Cavagnac. Sans doute, par intervention divine justifiée par la cruauté sarrazine, le sol se mit à trembler, les 200 cavaliers arabes restants (sur 4000) furent engloutis dans le sol quercynois.

Strenquels en automne oct 2012 008

                               Derrière les arbres, la falaise de Sangou

Marguerite Guély donne une explication plus prosaïque de ces patronymes. Selon elle, Combe Sangui veut dire la combe des cornouillers, la Morétie, le village de Moret et Barbaroux le bois barré. C'est moins imagé que vu par Gussy Lherm, notamment La Morétie puisant son origine dans l'expression « la mort ici » en souvenir des combats et Loupchat  qui viendrait de loup et choc = violence collective ...

Strenquels en automne oct 2012 045

Sous ce tumulus de Barbaroux , combien de combattants ensevelis  ???

Que reste-t-il de tout cela ? Des belles images sous le soleil d'automne … Et un écheveau de contradictions si on compulse le Net pour se faire une idée plus claire !

Strenquels en automne oct 2012 064

                Et en automne, du côté de La Morétie, il y  a de jolis contrastes … 

*   Pour accéder à l'intéressante étude de Marguerite Guély, demandez à  Google    Les  origines de Martel (doc PDF)

Eudes, vice-roi et duc d'Aquitaine eut à en découdre contre les tentatives d'hégémonie de Charles Martel et finit par accepter sa suzeraineté . Ils étaient alliés lors de la bataille de Poitiers, mais... ( http://www.herodote.net/25_octobre_732-evenement-7321025.php )