Après avoir manifesté toute notre joie d’avoir atteint sans problème le sommet, après avoir récupéré de la montée nous commençons notre descente de l’autre coté par un long pierrier. La tension est retombée.

Je peux tranquillement observer et photographier la flore présente à cette altitude !







Une marche tranquille dans un paysage sublime nous conduit au bivouac prévu au pied du Bagla La à 4500m d’altitude. 300m plus bas que celui de la veille. Parfait pour éviter tout mal des montagnes !
Un lieu de bivouac splendide, une des routes de passage entre le Tibet et le lac Phoksumdo, au pied d’un glacier que nous ne verrons que par lambeaux au gré de la dissipation des nuages.
« A dos de yacks/le sel en marche dans l’Himalaya ».
En été, les habitants du Dolpo pratiquent des échangent commerciaux avec le Tibet. Traditionnellement ils partent avec leur caravane de yacks échanger leur récolte d’orge contre du sel tiré des lacs d’altitude au Tibet. Ce sel étant ensuite revendu dans les basses vallées du Népal.
Les temps changent. La plupart du temps les mules ont remplacé les yacks. Et on va au Tibet pour acheter d’autres biens que le sel et qui sont moins chers qu’au Népal : riz, laine, étoffes, canettes de boisson….


De retour du Tibet
Arrivant du haut Dolpo
Les caravanes de mules
Affluent les unes derrière les autres
Au pied du Bagla La
Lourdement chargées de sacs
Aux inscriptions chinoises
Elles dévalent la dernière pente
Sous les cris des muletiers
Arrivées au campement
Libérées de leur chargement
Elles partent sur les pentes
Où elles passeront la nuit
A se reposer et à brouter l’herbe grasse
Une fois les sacs empilés
Recouverts d’une toile pour les protéger de la pluie
Les muletiers installent leur campement
Une tente en toile légère
Un feu de bois pour le repas et le thé
Certains en profitent aussi
Pour tuer une chèvre