Le dicton du jour : « Quiconque taquine un nid de guêpes, doit savoir courir. »

Le prénom de la semaine : MARTIAL

Prénom d’origine latine  qui se rapporte au dieu romain de la guerre, Mars. D’ailleurs ce prénom est aussi un adjectif qui signifie « belliqueux », « décidé » « à l’allure guerrière ».

Martial (honoré le 30 juin) fut  évêque de Limoges au IIIe siècle, ce qui lui a valu de devenir le saint patron de la ville. Une  légende, rédigée par un moine de Limoges vers l'an 1000, prétend que Martial aurait reçu de son cousin l'apôtre Pierre, la consigne d'évangéliser l'Aquitaine. Son tombeau a été exhumé en 1960 à l’occasion de fouilles archéologiques précédant la construction d’un parc de stationnement.

Ce jour-là : Naissance de l’enseignement public.

Le 28 juin 1833, au début du règne de Louis-Philippe 1er, le ministre François Guizot fait voter une loi instaurant en France un enseignement primaire public. Dans un pays où un adulte sur deux est encore analphabète, cette loi va contribuer de manière décisive à répandre l'instruction. Elle sera complétée sous le règne de Napoléon III, dans les années 1860, par l'action législative du ministre Victor Duruy et sous la IIIe République, dans les années 1880 par celle de Jules Ferry.

Le premier article de ladite loi stipule : « L'instruction primaire et élémentaire comprend nécessairement l'instruction morale et religieuse, la lecture, l'écriture, les éléments de la langue française et du calcul, le système légal des poids et mesures. L'instruction primaire supérieure comprend nécessairement, en outre, les éléments de la géométrie et ses applications usuelles, spécialement le dessin linéaire et l'arpentage, des notions des sciences physiques et de l'histoire naturelle applicables aux usages de la vie, le chant, les éléments de l'histoire et de la géographie, et surtout de l'histoire et de la géographie de la France. Selon les besoins et les ressources des localités, l'instruction primaire pourra recevoir les développements qui seront jugés convenables. »

Trucs et astuces : Pour enlever les petites égratignures sur un meuble en bois, appliquez, avec un chiffon légèrement humide, un mélange d’essence de térébenthine (1/2) et d’huile de lin (1/2). Laissez sécher et faites briller.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Gâteau de groseilles

Pour 4/6 personnes, il vous faut : un rouleau de pâte brisée (ou sablée) ; 125 g de sucre ; 4 œufs ; 750 g de groseilles ; 2c. à café de farine ; 1 pincée de sel.

>Fouettez  les jaunes d’œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

>Ajoutez la farine et le sel.

>Battez les blancs d’œufs en neige très ferme et mélangez-les délicatement à la préparation précédente.

>Incorporez petit à petit les groseilles égrenées.

> Versez la préparation sur la pâte brisée. Glissez au four pendant 25 mn à 180° (th.6)

>Couvrez le gâteau de papier cuisson pour éviter qu’il ne brûle et poursuivez la cuisson pendant encore 20 mn.

coquelicots

Le saviez-vous ?  Le coquelicot est probablement originaire du Bassin Méditerranéen et plus particulièrement de la Turquie. On en trouve déjà dans les tombeaux égyptiens.

Dans la légende le coquelicot est associé à la déesse Déméter. Déméter, déesse de la fertilité, inconsolable de la perte de sa fille  Perséphone  enlevée par Hadès, le dieu des Enfers, buvait des décoctions de coquelicots pour pouvoir trouver le sommeil. . Lorsque Déméter menaça de détruire toutes les moissons, Zeus persuada Hadès de laisser son épouse Perséphone vivre une partie de l'année auprès de sa mère.
Dans ce mythe ancien, la fleur allie le rouge de toute Vie (Déméter) aux pétales fragiles (Perséphone) qui portent en leur centre la marque noire (Hadès).

Origine de l’expression : A la venue des coquecigrues

Cette expression signifie jamais
L’origine du mot « coquecigrue » est incertaine, ce  serait une sorte de mot-valise constitué de coq, cigogne et grue. On le trouve dès 1534 dans le « Gargantua »  de Rabelais. Comme il s'agit d'un animal qui n'existe pas, cela revient à dire « quand les poules auront des dents », ou encore « l’année de la neige noire » comme disent les Bretons.

Jeu : Le point commun ;

Faites appel à votre perspicacité pour trouver le point commun existant entre les mots suivants :

RABOTCADENASHIBOUBIJOUNORDPERSILCUVE.

Solution du jeu  de la semaine dernière : Bravo à Feuille, notre champion de cette semaine, qui a trouvé tous les noms d’oiseaux dans la liste proposée. A savoir : GREBE, PIE, GEAI, PAON, IBIS, CONDOR, MERLE.

Animaux et êtres fantastiques du folklore Keleren

Keleren est un feu follet de Bretagne. Comme tous les génies aériens de son espèce, il aime égarer les promeneurs en leur promettant de leur montrer le chemin et en les aiguillant vers une fondrière où ils sont inexorablement noyés. Pour s’en protéger il faut ouvrir son couteau de manière à ce que la lame forme un angle aigu avec le manche, le planter en terre le plus près possible du follet et ne pas oublier de retourner son bonnet !

Lacanau coucher de soleil 1a

                                                                                        Le soleil

                                                                                        se prend les rayons

                                                                                        dans les nuages

                                                                                                    et

                                                                                                           dégringole.

                                                                                         Rouge de honte

                                                                                         il se cache derrière

                                                                                         la terre.

                                                                                                    (Daniel Lacotte)