Armel

C'est avec jubilation que je termine le dernier livre de l'auteur belge contemporain

Armel Job, dont je suis une fidèle lectrice et que j'ai encore rencontré à la Foire du Livre de Bruxelles.

Peu connu au-delà de nos frontières, cet auteur est cependant l'un des mes préférés, chaque livre traite de sujets très diversifiés et celui-ci des mariages forcés.

Car oui, dans la communauté turque de Belgiquet et d'Allemagne en tous cas, ils restent fréquents. Lescoutumes barbares qu'ils entraînent ne sont pas obsolètes.

Armel Job nous balade gentiment dans le monde de l'immigration turque, depuis celle teintée de modernité à celle d'antan. On y apprend foule de détails savoureux : si votre famille a arrangé un mariage avec une famille cousine et que vous accompagnez votre fils chez sa promise avec de nombreux cadeaux comme dot, il reste à affronter l'épreuve du thé.

Prenez garde au thé ! La " fiancée" qui, parfois, n'a jamais vu son futur mari, doit servir le thé à tous. Et si elle n'y met pas de sucre, cela veut dire qu'elle refuse le mariage et accepte le scandale. Une coutume qui montre que la "fiancée" garde son mot à dire et sa liberté de choix !

Liberté tout à fait factice, car la belle Derya, brillante étudiante allemande, sert le thé sans sucre parce qu'elle refuse le mariage imposé, parce qu'elle rêve d'une émancipation et surtout parce qu'elle fut témoin des horreurs et des violences sexuelles que son père inflige quotidiennement à sa mère. Elle refuse " d'être l'ornement discret de la maison, la cuisinière, la femme de ménage, la poulinière, la putain à domicile disponible vingt-quatre heures sur vingt-quatre"

Elle refuse de " tenir son sexe au chaud pour l'homme que son père lui choisira, celui aussi qui paiera la meilleure dot !"

Mais je ne vous révélerai pas la clé de l'intrigue !

Sachez qu'Armel nous dépeint un monde absolument irrésistible entre René, l'entrepreneur de pompes funèbres belge, qui travaille avec son beau-frère, handicapé mental, fou du feuilleton "Columbo", Evren, le jeune Turc un peu gauche,le fils à marier et partout surtout les mères turques et leur petits arrangements, les pères intraitables et Yasemine, venue d'Anatolie pour se marier. 

Edition Robert Laffont  274 pages 19 Euros.

Autres oeuvres de l'auteur :

La femme manquée/ Héléna Vannek / Les mystères de Sainte Freya / Les eaux amères/Tu ne jugeras point/......

En 2OO5 Il reçut le Prix du jury Giono pour " Les fausse innocences" dont un film fut tourné avec notamment Julie Depardieu.