L’idée de faire circuler les livres n’est pas nouvelle, le concept américain du bookcrossing a vu le jour aux USA en 2001 avec un succès immédiat. Arrivé en France en 2003 il s’est rapidement développé grâce aux articles de presse. Une version simplifiée totalement déconnectée d’Internet et baptisée « Boîte à Lire » fleurit dans plusieurs villes de France, dont Bordeaux et son agglomération.
Ici, la première Boîte à lire a été inaugurée en 2009, dans le parc du quartier Saint Genès, à l’initiative de « Bordeaux 5 de Cœur », association de quartier qui œuvre pour le renforcement du lien social et le « mieux vivre ensemble ».


La seconde vient d’être installée en septembre dernier, dans le square de la basilique Saint Seurin, par la Mairie en partenariat avec l’association « Village Saint Seurin. » Elle affiche tout de suite la couleur grâce à un petit panneau de présentation: « ICI, découvrez la première « boîte à lire », 100% écologique.
Partagez vos lectures, c’est simple !
Déposez le livre, le magazine ou le journal que vous venez de lire : une autre personne en profitera !
Au fil du temps les dépôts équilibreront les emprunts.
La bibliothèque aura trouvé son équilibre. Le prêt est gratuit.
Cette boîte 100% écologique est une réalisation des services municipaux de la ville de Bordeaux. Elle est fabriquée en chêne massif.
La boîte à lire est accessible aux personnes à mobilité réduite….»

Le principe est simple : une armoire en plexiglas pour la première, en bois et vitrée pour la seconde, dans laquelle, en libre accès, on peut déposer ou prendre un ouvrage. 

 
On peut y laisser les livres que l’on a lus tout en ne souhaitant pas les garder, ou les livres que l’on aimerait que les autres lisent… Les revues et magazines sont aussi les bienvenus.
Elles sont installée toutes deux dans des lieux agréables, au cœur de deux jardins publics, non loin des aires de jeux pour les enfants et avec des bancs à proximité pour ceux qui souhaitent lire sur place tout en surveillant les enfants du coin de l’œil.
Le concept plaît aux habitants des quartiers concernés, des livres s’en vont, d’autres arrivent…

Quand je m’y suis rendue, j’ai constaté que le contenu des boîtes à lire est très éclectique : de la comtesse de Ségur au roman à la mode ou à la Bible en passant par de nombreux manuels scolaires (il faut dire que le collège Saint Genès est à deux pas !). On peut y trouver Stephen King, un bon vieux Delly, des romans policiers, des revues, des traités scientifiques….

 

Les enfants ne sont pas oubliés et ainsi l’idée du partage des livres se met en place dès le plus jeune âge.

 


Contrairement à Saint Seurin ou la boîte est librement accessible jour et nuit, le parc de Saint Genès est fermé la nuit. Ce qui explique peut-être que la boîte à lire y a subi moins de dégradations.
 En effet celle de saint Seurin a été taggée ce qui ne l’empêche nullement de remplir son office, sauf en ce qui concerne le panneau de présentation par la Mairie, qui est devenu quasiment illisible.
D’autres boîtes à lire sont implantées dans différentes localités d’Aquitaine, et face au succès remporté de nouvelles vont être disséminées dans différents quartiers de Bordeaux et de sa banlieue. Initiative à encourager et à suivre…