L’écrivain Pierre Présumey (né en 1952) est issu par sa mère d’une longue lignée d’instituteurs ardéchois. Son père a été médecin dans les années 50 à Sainte-Eulalie, sur le haut plateau ardéchois.
Après avoir exercé au Puy-en-Velais, il enseigne les lettres classiques à Clermont Ferrand.
Ses poèmes sont parus en recueil : Territoires toujours repris, La Grande Aiguille, Cela convient, cela suffit. Le cœur besogneux. La bonne épaule. Lettres aux amis du bord de l’eau, etc… mail


Deux fois, au cours des étés 1953 et 1961, Robert Doisneau photographie l’Ardèche.

Il ne fait, semble-t-il, que passer. Il la photographie du bord de la route, comme sans s’attarder. Les images semblent obéir à un étonnement léger, plus sensibles aux petites surprises du cœur qu’aux grandes interrogations de l’esprit.

 5
Doisneau se rapproche peu des gens qu’il photographie, sauf des enfants.

 4Il se contente de saisir les hommes à quelques mètres, en dehors de tout drame, de toute tension, de toute inquiétude.

2
Dans ces années l’Ardèche n’est pas encore devenue cette éponge à touristes qui se dilate en été pour se vider en automne. 1
La civilisation technicienne fait encore bon ménage avec celle des vieux outils. 3
Dans ce livre les merveilleuses photos de Doisneau marient miraculeusement la légèreté et l’attention. 

        7