Il est des moments comme ça où le hasard fait se télescoper les évènements sans apparente relation entre eux, mais confortant ou modifiant la conception que vous avez de la vie, qu’il s’agisse de la votre ou de la vie de la société.

L’arrivée du printemps 2011, des élections que d’aucuns auraient bien voulu placer sous l’éteignoir ou encore la réussite d’une soirée associative, sans oublier le privilège de pouvoir égrener certaines tranches de vie au cours d’un  mémorable  marathon, voici ce qui peut  passer pour des broutilles, mais qui ont émaillé ma vie du 21 au 28 mars et dont je souhaite vous entretenir, si toutefois vous avez la patience d’aller jusqu’au bout de ma narration…

                          Les bords de Dordogne le jour du Printemps

avril 2011 tranches de vie 001      avril 2011 tranches de vie 002

Le Printemps était au rendez-vous : ciel déserté de tout nuage, soleil rayonnant de plaisir devant l’éveil tout en douceur de la nature, conditions idéales, si vous en aviez le loisir, de vous risquer à une mini randonnée sur le proche rivage de la Dordogne. Vous en voyez ici une image, sans le son particulier des colverts qui s’en donnaient à cœur joie dans le cancan .

                                                               Cacophonie électorale ?

                                                         imagesCAPEOA9N

Etait-ce la douceur du printemps qui tenait éloignée des isoloirs une majorité d’électeurs appelés à réélire leurs conseillers généraux? Possible … Bien qu’à mes yeux, cela ne saurait constituer une excuse suffisante, surtout quand le lendemain, ceux qui ont boudé les urnes paraissent s’inquiéter de la montée du score de représentants d’idées qui, même si elles sont rendues plus présentables par la fille de l’homme au bandeau, n’en sont pas moins aussi  nauséabondes qu’hier ou avant-hier, du temps de l’holocauste…

Mais là n’est pas l’essentiel de mon propos : les 26 et 27 janvier dernier, j’évoquais ici même l’évolution du cinéma dans la 2ème ville de la Haute-Vienne. Très exactement deux mois plus tard, Marc , directeur du ciné-bourse pilotant le passage de “son” cinéma au 3D, est brillamment élu conseiller général… Pas grâce à mon suffrage , puisque j’ai quitté cette commune depuis dix ans!

imagesCAZDIH96

Péripétie sans grand intérêt  au delà de ce canton, me direz-vous ? Certes ! Cependant, parce qu’il est l’antithèse du notable, et aussi parce qu’il est mon ami, le fait valait d’être signalé. Ouvrier du bâtiment, responsable syndical avant d’œuvrer  dans le cinéma – enfin  exploitation d’une salle ! – son parcours ne déroge pas d’un iota de la ligne qu’il s’est fixé : défendre, au cours de trente années de militantisme, les intérêts des humbles, soutenir de grandes causes, tout en restant fidèle aux idées qu’il croit justes, gardant ce qu’il faut de réalisme pour porter un regard sans concession dans le rétroviseur.

S’il s’est élevé intellectuellement, ce qui est palpable quand on observe ses capacités d’organisation et de ténacité pour faire aboutir des projets (le cinéma par exemple), il est indéniable que cette pratique n’a généré ni fortune ni confort, la preuve en étant qu’il ne dispose pas du temps suffisant pour restaurer la maison héritée de ses grands parents : un comble pour un ouvrier du bâtiment !

Amis lecteurs, réfléchissez un instant… Gardons-nous de de jeter le bébé avec l’eau du bain : il existe dans ce pays la possibilité de “faire de la politique” en tout bien tout honneur…imagesCAJGETOQ

La vie associative est- elle une concurrente ou un autre volet de la vie démocratique ? En l’occurrence, le prosélytisme n’est pas mon propos, et au risque de passer pour immodeste, je tiens à vous faire part de la relative satisfaction d’une Association de village. Nous sommes en bonne voie pour parvenir à notre  objectif initial concernant l’exploitation d’une carrière d’extraction de pierres: le nouvel exploitant dit vouloir à brève échéance remettre  le site en état, sécuriser celui-ci (clôture) et  le transformer en aire de stockage de matériaux à destination des travaux publics.

                                                                    Eloignez-donc bruit et fureur …

                                                                 imagesCA394S9O

Peut-être dans cette perspective d’évolution satisfaisante tant pour les proches riverains, les deux communes limitrophes  que pour  notre Association, les esprits chagrin catalogueront notre action  comme celle de la mouche du coche de Jean de La Fontaine… Cependant, je vois dans cet aboutissement la possibilité de défendre sans  outrance une cause juste.

Lien de cause à effet ? Les convives de notre repas festif du 26 mars étaient en nombre, l’équivalent de la moitié de la commune. Bénévoles, organisateurs, dineurs – danseurs ou encore  musicien, tout un chacun clamait haut et fort sa satisfaction … Oui, les moyens existent encore dans ce pays pour fédérer les bonnes volontés, manger, rire et danser , sans exclure la réflexion.

   La soupe est versée,                                               le pain est cuit…                                             015                             014

 

                      V’là le musicien !!!

                154

En parallèle, l’auteur de ces lignes se devait de figurer sur la ligne de départ du marathon d’écriture 2011 sous l’œil vigilant de alainx. Qu’il soit ici remercié de nous offrir l’occasion d’affuter notre inspiration ou puiser en sa mémoire des souvenirs, et se donner la possibilité de porter un autre regard sur des péripéties de notre vie qu’on croyait enfouis à jamais. Pour ma part, je crois que la Muette ou la Maria ne seraient pas outrées de revenir sur le devant de la scène sous la plume d’un gamin insignifiant de leur temps…

                                                    Marathoniens en recherche d’inspiration …

                                                             imagesCA8UWXYV

Voilà!  Voilà   quelques éléments glanés par un  chroniqueur de kaléïdo Blog qui ne sont certainement que poussières inconsistantes au regard du plus grand nombre, mais qui font partie de  la vie d’un retraité provincial .