Malgré que c'est une des démocraties les plus avancées au monde et de longues dates, il est à noter que la Suisse fut un des derniers bastions à accorder le droit de vote sur le plan national qui n'eut lieu qu'en 1971. Pourquoi un tel retard si déshonorant ?
La Constitution mentionnait « Tous les Suisses sont égaux devant la loi », mais il n'était pas précisé que les femmes peuvent donner leur avis par les urnes, elles étaient « justes bonnes pour la cuisine ».
Depuis le 19ème siècle, des mouvements pro-féministes, soutenu par des politiciens mâles tentèrent de défendre leur cause pour changer cette mentalité que « la politique c'est une affaire d'hommes »! Hélas, toutes ces manifestations furent vaines et ce n'est qu'en 1958 que le gouvernement suisse et le parlement acceptèrent que le droit de vote soit étendu aux femmes (Déjà d'être obligé de l'écrire sous cette forme est choquant). Mais voilà, tout changement de Constitution en Suisse doit être approuvé par le peuple, et comme en l’occurrence seul les hommes pouvaient se rendre aux urnes, seuls eux pouvaient dire oui ou non pour ce droit légitime des dames. Et c'est ainsi que le 1er février 1959, deux hommes sur trois vont scandaleusement refusé ce droit !
Je me souviens, à cette époque, la honte que j'avais en entendant des réflexions lancées par mes camarades étrangers, notamment en vacances: il y avait chez ces jeunes une incompréhension tout à fait justifiée. Seule avancée dans le projet, quelques cantons et communes vont timidement accepter les années suivantes ce droit fondamental pour les votations régionales.
Toutefois, il faudra attendre plus de dix ans pour qu'une nouvelle votation ait lieu et que ces messieurs daignent bien vouloir donner enfin cette égalité de droit aux dames: ça c'est passé le 7 février 1971.
Attention, pas tout était encore acquis. En effet, même si sur le plan national, l'égalité était inscrite, ce ne fut pas encore le cas dans tous les cantons pour des votations locales. Cependant, les hommes donneront dans chacun des cantons un avis positif afin que l'on puisse vraiment dire que les Suissesses et Suisses sont égaux devant la loi... sauf en Appenzell Rhodes-Intérieures . Malgré de nombreuses tentatives dans ce canton, chaque votation a été « anti-femme »!
Cependant, en 1990, le Tribunal Fédéral (la haute Cour de justice suisse), jugeant cet état de fait anticonstitutionnel, réussit à imposer le droit de vote aux Appenzelloises.
Donc ça ne fait que vingt ans, que TOUTES les femmes suisses peuvent voter. Il y a depuis, de plus en plus de femmes qui siègent dans les différents législatifs et exécutifs suisses.
La bonne nouvelle en conclusion
La Suisse d'origine macho, a été un des derniers pays à accordé le droit de vote aux femmes. Mais elle a maintenant une Présidente suisse, et ce 22 septembre 2010 restera une journée historique: elle est un des rares pays au monde, dont l'Espagne, à avoir une majorité de femmes ministres au gouvernement. En effet le parlement a élu la quatrième conseillère fédérale (Ministre) sur sept, et là nous pouvons en être fiers. Et je peux vous assurer que ce choix ne s'est pas porté sur le « phénomène femme », mais bien sur la qualité des candidates proposées : c'est principalement ça l'égalité des droits, même si on ne partage pas les mêmes avis politiques.