Les barefooters marchent nu-pieds à la ville comme à la campagne, été comme hiver, sur la plage comme sur le bitume. Ils considèrent les chaussures comme une « prison du pied ». Ils les ont jetées à la poubelle !
Le comité anti-chaussure autonome propose même un hymne « Marchons tous pieds nus pour un avenir délacé ». Ils ne craignent ni les cailloux, ni la saleté de la ville avec ses débris de verre, ses mégots et ses crottes de chiens…
On rencontre de nombreux farefooters dans les pays Anglos-saxons : en Angleterre, en Suisse mais aussi aux Etats Unis et en Allemagne.
En Australie surtout, on peut faire ses courses au supermarché avec les pieds nus, en costume de ville ou en tailleur quel que soit son âge et personne ne se retourne.
Aux Etats unis, même chose, cela parait normal. Ainsi un violoniste s’est produit à un concert à Manhattan vêtu d’un smoking et pieds nus. Même l’église s’y met, un révérend assure ses services, y compris les mariages, sans sandales…
En Asie, la médecine traditionnelle accorde une grande importance aux pieds. Se promener pieds nus, en plein cœur de Séoul, est tout à fait possible grâce à un parcours d’acupression subtilement composé des pierres anguleuses, de granit, de rondins et de gravier.
Et en France ?
Un peu partout des néo-hippies, des naturistes ou des simples amateurs barefootent gaiement. Pour l’instant ils se cherchent un nom et hésitent entre va-nu-pieds, pienusiens ou naturistes du pied…
Paroles de barefooter
« … J’ai redécouvert l’herbe mouillée, le sable chaud, les galets froids, la boue glissante et même les cailloux en montagne, où il faut faire très attention pour ne pas se blesser. Dans ce cas-là je suis concentré, hyper conscient… Et puis ma démarche change, j’ai l’impression d’être un chasseur sioux, silencieux, attentif, vigilant. En fait, je me décivilise. Je sens la terre différemment, elle devient vivante, mes pieds sont mes racines et je sens l’énergie du sol… » .
un lien : www.barfusspark.info/fr/index.htm