Pour rappel, voici les liens des épisodes précédents:

Episode 1       Episode 2       Episode 3

Episode 4       Episode 5       Episode 6

Episode 7

Retour sur la terrasse de Solenn, un thé à la menthe, des makhrouts aux dattes et des cornes de gazelles, le doux soleil d’une fin de journée qui descend sur la Saône et deux femmes ravies de se livrer aux confidences…

- Alors ma petite Solenn, tu en es où dans tes tribulations amoureuses ? Tu as revu Bernard ou Joël ou les deux ?
- Les deux, laisse échapper Solenn dans un léger éclat de rire. Oui, je vais t’expliquer mais laisse moi me resservir une tasse de thé, tu en veux ?
- Oui, je sens qu’on est parti pour un petit moment et au passage donne-moi une corne de gazelle ! Les deux, donc ?
- Oui j’ai revu Joël d’abord. Il m’a envoyé un texto pour me dire qu’il avait quelques heures devant lui et des hypothèses à vérifier avec moi alors si j’étais disponible, il saurait l’être pour moi.
- Des hypothèses à vérifier ? C’est quoi cette histoire ?
- Oh, c’est tout à fait le style de communication du personnage ! La dernière fois qu’on s’est rencontré, il a manifesté une certaine surprise face à l’attirance qu’il éprouvait pour moi. Il a enchainé en se demandant si c’était dû à sa cuisine, ma robe violette, mon parfum ou je ne sais plus quoi d’autre…
- Ah oui effectivement, un brin décalé ce garçon ! ça ne m’étonne pas que tu ais mordu à l’hameçon. Et alors quelles hypothèses avez-vous vérifié ?
- Nous avons testé la cuisine japonaise, je ne portais pas de parfum et j’avais une robe noire.... Et l’attirance fut la même, sauf que j’ai pris un certain plaisir à tempérer ses ardeurs et à faire durer la séquence séduction…
- Ah ah, je te reconnais bien là ! Et ensuite, comment a réagi ce garçon ?
- Oh, très habilement, il s’est prêté au jeu et m’a entrainé là où il le voulait en quelques réflexions pleines d’humour et quelques caresses bien amenées ! Résultat une excellente soirée pleine de rires et de plaisirs avec un goût d’inachevé malgré tout.
- C'est-à-dire ?
- C'est-à-dire que Joël ne me livre rien de lui, ne se laisse pas approcher émotionnellement et que le partage est limité au moment présent. La preuve, je n’ai même pas dormi chez lui ! Il ne m’a pas ouvertement demandé de partir, il est plus subtil que ça mais j’ai bien compris qu’il n’y tenait pas.
- Et tu es déçue ? Tu sais peut-être n’a-t-il rien à t’offrir émotionnellement, ça existe aussi Solenn et ça ne fait pas de lui un goujat ou un monstre.
- Je sais Plume, je sais. Joël n’est pas un monstre, il a même une certaine élégance dans sa façon d’être, il en faut pour ne pas être un goujat et avoir autant de désinvolture. Simplement, je prends peu à peu conscience de ce que je veux vivre et de ce qu’il représente pour moi.
- Ah ben c’est plutôt intéressant ça. Et Bernard dans tout ça ?
- Bernard, je l’ai revu avant-hier. Nous sommes allés manger ensemble dans un charmant petit restaurant traditionnel puis il m’a emmené marcher dans la forêt. Il voulait me montrer des arbres qu’il affectionne particulièrement. Il m’a expliqué les différences dans les essences, ce qu’on peut faire ou non avec chacune et je l’ai écouté sans me lasser. Il m’emmène petit à petit dans son univers et je suis sous le charme.
- Bon alors tout va bien et les jours de ce Joël sont comptés…
- Il ne te plait guère Joël, n’est ce pas ?
- Non, ce n’est pas ça Solenn. Je ne le connais pas, ce que tu m’en dis me fait seulement penser que Joël n’a rien à donner à une femme comme toi. Je pense qu’il n’est tout simplement pas capable d’apprécier ce que tu es, la magie que tu mets dans les choses et c’est dommage pour vous deux.
- Tu as sans doute raison Plume. Bernard lui, il met de la magie dans sa vie et il est attentionné envers moi-même si on ne se voit pas. Joël lui ne me contactera que s’il espère me voir rapidement, c’est rare qu’il m’envoie un petit signe gratuitement. En fait, Joël même si cela ne me plait pas vraiment de le reconnaitre…Oh et puis à toi, je peux bien le dire. Joël, il est encore là juste parce que j’ai peur d’être trop vite amoureuse de Bernard !
- Ah ben nous y voilà ! Tu as la trouille ma petite Solenn, mais pourquoi ? il a l’air très bien ce Bernard.
- Oui, il est très bien, trop même. Non, ne hurle pas s’il te plait. J’ai la trouille parce que je t’ai dit que nous n’avions pas le même rythme et que j’ai peur qu’il n’aille jamais sur le terrain de l’engagement alors que moi je rêve déjà qu’il me dise à quel point il m’aime !
- Et oui ma belle, tu es bien plus pressée que lui c’est sûr, mais fais-toi un peu confiance pour une fois. Laisse le venir à toi à son rythme, apprécie la confiance qu’il te fait et prends le temps de le découvrir et de te laisser découvrir aussi. Il n’est pas pressé parce qu’il sait apprécier le plaisir de la découverte, ce n’est pas un consommateur, c’est plutôt un bâtisseur lui.
- Pfff, tu m’énerves Plume, tu m’énerves parce que tu as raison. Mais tu sais, je crois que j’ai quand même changé un peu à son contact. Maintenant je me dis qu’il ne se passera que ce que nous serons capable de vivre et que de toute façon, je préfère me brûler un peu que de ne rien vivre du tout.
- Waouh, alors là, j’suis bluffée. Ça mérite une autre tasse de thé et surtout j’espère bien que tu vas continuer comme ça. Et si tu dois voir encore un peu Joël pour t’autoriser à savourer ton homme des bois, ne te culpabilise pas, fais juste attention à ce qu’il n’en sache rien. Quelque chose me dit que l’ours ne doit pas être partageur…
- Mais la Sevillana est prudente ! A la tienne Plume

(Dernier épisode le lundi 30 août)