mdj-cover

     C’est un livre singulier. Un récit à la deuxième personne, adressé à un homme, le jardinier, qui officie dans son jardin. C’est le premier roman de Lucien Suel, mais on pourrait dire aussi que c’est un long poème de 170 pages qui serpente entre les salades, les taupes, la rosée, la course des nuages, les aubépines, l’encens des souvenirs, les couleurs d’un soir…

 

Chaque chapitre , animé d’une phrase unique aérée de virgules et de points-virgules, commence par “Tu”: Tu sais…Tu marches…Tu sens…Tu souris…Tu récoltes…

 

Les huit premiers, magnifiques dans la description du travail d’un jardinier, nous offrent un regard détaillé posé sur ce jardin, un regard empli de passion et de poésie:

 

« Tu récoltes ce que tu as semé, tu commences par le rouge et le vert, premiers radis, premières laitues, gotte jaune d'or ou reine de mai, d'abord des feuilles tendres comme du papier de soie, presque transparentes puis qui bouclent comme des oreilles, d'un vert moyen qui s'approfondit encore à l'extérieur alors que le coeur de la salade enfle et blanchit, un coeur qu'on peut arracher aussitôt avec les dents et croquer naturellement dans le jardin en l'assaisonnant avec une tige de jeune échalote, tu t'accroupis devant les cosses de petits pois à disputer aux ramiers, tu passes une matinée à arracher et préparer les poireaux repiqués l'an passé en juillet qui ont poussé à travers l'hiver... »

 

Puis un accident cardiaque frappe le jardinier. Dès lors, allongé sur cette terre qu’il a aimée ,il va voir défiler un flot de souvenirs : enfance, adolescence, voyages, rencontres, livres, musiques…Tout cela s’entremêle, se noue, se libère et nous enchante.

 

Tu murmures dans ta tête, les mots stagnent à l’intérieur de ta bouche, le passage est bloqué, tu ne peux pas desserrer les lèvres, te voilà obligé de te taire, tu vas enfin la fermer, on ne t’entendra plus tartiner tes sempiternelles rengaines de Beat Generation, tu ne bassineras plus les gens avec tes histoires de graines et de plantes, tu ne les ennuieras plus avec ta fascination pour la boue et la pourriture, tu ne vas plus les faire chier avec ta nostalgie de l’enfance, tu ne tireras plus les couvertures à toi, le flot va se tarir…”

 

J’ai beaucoup aimé l’écriture de Lucien Suel, si proche de la poésie,sa manière d’évoquer les souvenirs, sous forme de ricochets de la pensée. Alors comme il se doit j’ai cherché d’autres livres de lui et j’ai trouvé “La patience de Mauricette” , livre paru en septembre 2009 et le courant est passé encore une fois entre cet auteur et moi. J’espère que vous aimerez aussi…

 

Patience Suel   

 

 

Lucien Suel “Mort d’un jardinier” paru aux éditions de La Table Ronde en novembre 2008.

 

Pour en savoir plus sur l’auteur, voici son blog: Lucien Suel’s Desk.