Kaléïdo'Blog

19 septembre 2014

Blog en pause

pause

Posté par cassymary à 16:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


15 septembre 2014

Kal’manach de l’été : Semaine 37

Du 15 au 21 septembre 2014

Le dicton du jour : « Automne en fleur, hiver plein de rigueur.»

Le prénom de la semaine : EDITH

Prénom d’origine germanique formé à partir de "ed et idh", signifiant "richesse et travail"

C’est un prénom de style médiéval, qui fut pendant longtemps très populaire en Angleterre avant de se diffuser dans l'ensemble des pays occidentaux. En France, Il fut introduit durant le 19ème siècle et connut son plus grand succès entre 1940 et 1960. Toutefois, sa popularité s'est franchement atténuée depuis.

Plusieurs saintes portèrent le nom d’Edith, celle fêtée le 16 septembre fut une moniale anglaise, Edith d'Ailesbury, file du roi des Angles, Edgar.

Ce jour-là : Abolition de la peine de mort.

18 septembre 1981, à Paris, après un long combat deux fois centenaire, marqué par de nombreuses tentatives depuis la Révolution, l'Assemblée Nationale vote la loi d'abolition de la peine de mort présentée par le garde des Sceaux, Robert Badinter. 369 députés votent en sa faveur et 113 s'y opposent. Cette initiative fait de la France le 35ème état abolitionniste. Il y a trente ans l’opinion publique était hostile à cette abolition et cela jusqu’en 1999. Aujourd’hui selon une étude IPSOS, 61% des Français sont opposés au rétablissement de la peine capitale.

En 2012, 137 pays ont aboli la peine de mort en droit ou en pratique. Le dernier en date etant la Mongolie. Aux USA, 34 des états prévoient encore la peine capitale dans leur législation.

Trucs et astuces : Il existe une astuce pour faire briller l’inox : il suffit de le nettoyer avec un chiffon doux imbibé d’alcool à brûler.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Salade de pâtes d’été :

Pour 4 personnes, il vous faut : 100 g de grosses pâtes (penne rigate, gros coudes ou papillons) ; 1 bocal de tomates séchées ; 100 g de feta ; olives vertes ou noires ; salade verte (mesclun ou roquette) ; dés de jambon cru ; vinaigre balsamique, huile d olive

*Faites cuire les pâtes, égouttez-les et passez-les sous l’eau froide

*Faites une vinaigrette et ajoutez les pâtes.

*Lavez et coupez feuilles de salade verte, ajoutez la feta et le jambon coupés en dés, et les olives,

*mettez enfin les morceaux de tomates séchées

*Servez frais mais pas trop.

Le saviez-vous ? Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983, le bâtiment le plus célèbre de l’Inde et l’un des bâtiments les plus célèbres au monde, que 4 millions de personnes viennent visiter chaque année est en danger. Le Taj Mahal est en train de s’écrouler lentement à cause du climat sec de l’Inde et de la pollution. Au pied du monument, le niveau du fleuve Yamuna, très pollué car on y déverse des tonnes de déchets depuis la ville voisine d’Agra, baisse régulièrement et l’assèchement de ses berges menace les fondations du Taj Mahal dont l'un des minarets commence à pencher. L'airest également pollué et une pellicule de poussière et de suie (résultat de la combustion des carburants) recouvre le marbre blanc qui vire au jaune.

Le gouvernement Indien semble avoir pris la mesure du problème en abandonnant par exemple la construction d’un vaste ensemble commercial à proximité du site, et le classement  par le Fond Mondial des Monuments  du Taj Mahal comme l'un des sites les plus menacés du monde, ont fait accélérer les  mesures de protection.

Le Taj Mahal, monument de marbre blanc du Rajasthan, auquel l'on a ajouté une grande quantité de pierres semi-précieuses provenant de toute l'Asie, a été construit en 1631 par Shah Jahan, empereur de l’Empire moghol, à Agra, le long de la rivière Yamuna, en mémoire de son épouse adorée Arjumand Bânu Begam, morte en couche de son 14ème enfant. Symbole de l'amour d'un homme pour sa femme dès sa construction, il représente aujourd'hui la diversité de la culture indienne, création menée par un empereur musulman sur les terres d'un peuple hindou.

Taj Mahal

Origine de l’expression : Faire d’une pierre deux coups

Cette expression qui signifie atteindre deux ou plusieurs objectifs avec une seule action ou un seul moyen, se retrouve dans la littérature dès 1570 lorsque Montaigne écrit dans une lettre “mesnager d’une pierre deux coups”

La métaphore est extrêmement simple à comprendre si on conçoit qu’un chasseur habile (l’homme chasse depuis la préhistoire à l’aide d’une fronde) lance une pierre avec assez de force pour qu’elle puisse rebondir sur sa première cible, ou être déviée par celle-ci, pour aller en frapper une autre. Il est alors compréhensible qu'au figuré ce soit aussi le cas lorsqu'on entreprend une action et qu'on obtient deux ou plusieurs résultats.

Jeu : Charade

Mon premier est une chaussette mouillée sur la corde à linge.
Mon deuxième est une chaussette sèche sur la corde à linge.
Mon troisième est une chaussette sèche sur la corde à linge.
Mon quatrième est une chaussette sèche sur la corde à linge.
Mon cinquième est une chaussette sèche sur la corde à linge.

Mon tout est un proverbe bien connu

Solution du jeu de la semaine dernière : Bravo à Mimi 1931 qui a trouvé la réponse à la charade : les huit salades étant en effet huit scaroles, d’où l’écrivain Lewis Carroll

Du côté de chez… PASTEUR

Louis Pasteur, chimiste, physicien et pionnier de la microbiologie, est né à Dôle au cœur du Jura en 1822. En 1827, son père installe sa tannerie à Arbois. Dans cette maison familiale, devenue aujourd’hui un musée, l’inventeur du vaccin contre la rage a passé une grande partie de sa vie. Le décor de l’époque a été conservé intact et dans le laboratoire, parmi les cristallisoirs et les éprouvettes, le microscope semble attendre l’œil du chercheur.

En 1874, Pasteur achète une vigne, non loin de la maison. Là, pendant des années et à la demande de Napoléon III., il mènera des expériences sur la fermentation alcoolique et les maladies des vins. En étudiants les ferments parasites du vin, il posera les principes de la pasteurisation, procédé de conservation utilisé aujourd’hui dans le monde entier. Cette vigne est toujours en production aujourd'hui. Comme la Maison de Louis Pasteur, elle est la propriété de l'Académie des Sciences.

Maison de Pasteur

La phrase de la semaine : « Si on passait l’année entière en vacances ; s’amuser serait aussi épuisant que travailler. » (William Shakespeare : extrait de Henry IV)

Posté par Nerwen 33 à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 septembre 2014

Kal’manach de l’été : Semaine 36

Du 8 au 14 septembre 2014

Le dicton du jour : "Forte chaleur en septembre, à la pluie d'octobre il faut s'attendre. "

Le prénom de la semaine : INÈS

Le prénom Inès est dérivé du prénom latin Agnès signifiant « chaste » ou « pure ». Ce dernier est inspiré de l'adjectif grec agnê qui signifie "sacré". Sans accent, le prénom Ines tire ses origines dans l'arabe ancien, il signifie alors "sympathique et généreuse".

Très apprécié en Espagne et au Portugal, le prénom Inès fait son apparition en France dans les années 1980.  Sa côte est actuellement en hausse puisqu’Inès est le 8e prénom féminin le plus donné dans l'Hexagone depuis le début du 21ème siècle.

Fêtée le 10 septembre, Inès est un prénom associé à sainte Inès Takeya, une chrétienne qui épousa un chrétien japonais, comme elle. Ce couple aimait héberger des missionnaires de passage, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il fut assassiné en 1622 à Nagasaki.

Ce jour-là : Naissance du Canard

Le 10 septembre 1915 paraît le premier numéro du Canard Enchaîné, le journal satirique appelé à devenir une institution de réputation mondiale.

Un journaliste, Maurice Maréchal, et un dessinateur, Henri-Paul Grassier, ne supportent plus une presse aux ordres, qui défend la cause de la guerre et ne diffuse que des informations déformées, incomplètes, voire mensongères, venues de l'état-major. Ils décident de fonder un journal qui va prendre le contre-pied des journaux de l’époque et qui maniera l'ironie comme une arme, pour faire réagir ses lecteurs. Pour cela, ils disposent de 10.000 francs, quelques amis et un appartement. L'idée, au départ, était de l'appeler Le Canard sauvage. Mais finalement, les deux amis conservent le "Canard", mais décident, par ironie, qu'il sera « enchaîné »

Depuis les années 1960, c'est aussi un journal d'investigation, politiquement indépendant, qui révèle nombre d'affaires scandaleuses. Ses partisans disent que, même s’il garde une sensibilité de gauche, il n’hésite pas à dénoncer toutes les dérives des politiques quel que soit leur bord.

« Le Canard Enchaîné », refusant la publicité et donc indépendant de revenus publicitaires, est un des rares journaux en France, dont le prix n'a pas augmenté depuis 1991.

Pour l’historien Laurent Martin, ce journal représente « une forme alternative de presse qui n’a guère d’équivalents en France et dans le monde »

Trucs et astuces : Pour que vos haricots verts soient tendres, lavez-les dans l’eau chaude et jamais dans l’eau froide.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Filet mignon aux abricots

Pour 4 personnes, il vous faut : 600 de filet mignon de porc ; 400 g d'abricots ; 2 cuillères à soupe de Martini ; 1 cuillère à soupe d huile et de miel ; 50 g de beurre ; 2 brins de romarin ; sel et poivre.

* Lavez les abricots et coupez-les en quart.

* Coupez le filet mignon en tranche.

*Dans une poêle faites chauffer le beurre avec un peu de romarin effeuillé.

* Ajoutez les tranches de filet mignon et faites dorer pendant 5 minutes, salez et poivrez.

*Retirez la viande et mettez les abricots.

* Faites cuire pendant 3 minutes, puis remettez la viande dans la poêle, avec le Martini et le miel

*Laissez cuire 2 minutes et servez.

Le saviez-vous ? Vingt cinq marins des navires de Christophe Colomb sont morts du scorbut, maladie provoquée par une carence en vitamine C.

En effet cette vitamine joue un rôle essentiel dans le maintien de l’intégrité des tissus, facilite les fonctions immunitaires et possède un pouvoir antioxydant permettant de prévenir plusieurs maladies.

Parmi celles-ci, la croyance populaire est très forte en ce qui concerne la prévention du rhume. Or, les études n'arrivent pas toutes aux mêmes conclusions et il n’est donc pas possible d’affirmer que les suppléments de vitamine C préviennent le rhume. Cependant il est démontré que la vitamine C réduit la durée et la gravité des symptômes du rhume et prévient ainsi les complications qui y sont rattachées. Cette vitamine peut aussi diminuer d’environ une demi-journée la durée de la maladie.

Nous croyons à tort que la vitamine C naturelle se trouve uniquement dans les oranges et les agrumes, or, le cassis, le kiwi, le poivron, le brocoli et le persil par exemple, en offrent une plus grande concentration.

Attention aux compléments alimentaires car une surconsommation de vitamine C peut amener plusieurs effets indésirables (troubles gastro-intestinaux et diarrhée par exemple), non par risque de surdose car le corps utilise ce dont il a besoin et élimine le reste naturellement, mais en raison de l’agressivité de cette vitamine sur l’appareil digestif.

Une alimentation variée, riche en fruits et légumes, permet d’atteindre les 110 milligrammes recommandés par jour (il suffit par exemple de deux kiwis ou de 100 grammes de brocoli.)

Origine de l’expression : Au beau fixe

Cette expression qui signifie la stabilité dans le bonheur, la réussite, les relations, est une métaphore d’origine météorologique. Le "beau fixe" désignant un beau temps stable, matérialisé par l'aiguille du baromètre fixée sur la zone de beau temps.
Au 13ème siècle, fixe a d'abord été utilisé en alchimie pour désigner un gaz qu'on ne pouvait liquéfier. Au 14ème siècle, et aujourd'hui encore, il s'emploie pour qualifier ce qui ne change pas de position. Ce n'est qu'à partir du 19ème siècle que l'expression prend un sens beaucoup plus large, en indiquant une situation heureuse qui se perpétue.

Jeu : Charade

Mon premier est une salade,
Mon second est une salade,
Mon troisième est une salade,
Mon quatrième est une salade,
Mon cinquième est une salade,
Mon sixième est une salade,
Mon septième est une salade,
Mon huitième est une salade,
Mon tout est un écrivain.

Solution du jeu de la semaine dernière : Mimi 1931 a trouvé le premier mot, voici la phrase complète :

Sur Minitel, on pouvait aussi DIALOGUER sans idée de GAUDRIOLE.

Du côté de chez… MONTAIGNE

A la frontière du Périgord et du Bordelais, non loin de Bergerac et de Saint Emilion, sur la commune de Saint Michel de Montaigne se dresse le château où naquit et mourut Michel Eyquem, Seigneur de Montaigne, considéré comme une figure fondamentale de la littérature et de la pensée de la Renaissance.

Montaigne est le fils d'une famille de riches négociants bordelais devenus seigneurs de Montaigne par l'acquisition de cette maison forte en 1477. Aménagée, fortifiée, la demeure devient le fief familial où naquit en 1533 et grandit Montaigne. Il s'en absentera à plusieurs reprises et pendant de longues années mais pour toujours mieux y revenir.

D’abord magistrat, Montaigne s’implique dans la vie politique en tant que conseiller à la Cour des Aides de Périgueux, puis maire de Bordeaux. À partir de 1571, il se retire dans son château natal et choisit pour écrire la tour de la librairie aménagée par ses soins. Cette tour abrite encore la bibliothèque composée de plus de mille ouvrages, une chambre depuis laquelle Montaigne pouvait assister aux offices de la petite chapelle et enfin la librairie proprement dite, dont le plafond est orné de citations grecques et en latines illustrant la pensée de l'écrivain. Là, il se consacra à la rédaction des « Essais », qu’il ne cessera de retravailler, corriger et enrichir jusqu’à sa mort en 1592.

Ravagé par un incendie en 1885, le château ne se visite pas, mais la tour, épargnée par les flammes et dont Montaigne fit son refuge et son lieu d’écriture, offre une évocation complète de la vie, de l’œuvre et de la pensée du philosophe.

Le parc majestueux qui entoure le château, a conservé les tracés dessinés par le philosophe lui-même.

Montaigne 1                La Tour Montaigne

 

La phrase de la semaine : « De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure » (Anatole France)

Posté par Nerwen 33 à 10:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

07 septembre 2014

Virée à Londres -7-

Il est difficile de lire un renku surtout pour quelqu'un qui n'a aucune expérience de ce type d'écriture. Cela semble parfaitement hermétique! Quand on lit un renku il faut avoir en tête qu'une des règles fondamentales de ce type d'écriture est le "lier/décaler". Le vers qu'on écrit doit avoir un lien avec le précédent mais en même temps il doit aller vers autre chose. 

Sprite a pris le temps d'expliquer comment nous avons construit notre renku et quels liens nous avons fait. Je trouve son travail très intéressant et elle a accepté que je le mette ici pour le blog de Kalé



De Sprite :

Prendre le temps / Traveller's joy

Nous étions  parties pour un 18 vers, Junicho/Imachi, mais avons décidé d’aller jusqu’à 22 quand les impressions principales de quelques jours passés ensemble se pressaient pour les dernières places.
Une journée et demie à Londres, une journée et demi sur la côte Sud à Eastbourne avec une nuit à Eastbourne… retransmis non chronologiquement en Renku.

* * * * * * * * * * * * * * *
Les Sept Sœurs sont des falaises blanches entre Brighton et Eastbourne. Le buttock, plus généralement ‘buttocks’ veux dire ‘fesse’. Vu de la mer, on peut imaginer que les marins voyaient dans les monts et déclivités du haut des falaises, des postérieurs féminins. C’est ainsi que Sherkane débuta avec le Hokku

no wind –
in the Seven Sisters’ buttock
only waves’ sound


Le Wakiku, complètement shasei, coulait de source, bien qu’il ait failli être supplanté par quelque chose de plus grivois à l’imitation d’un Issa écrivant son nom dans la neige : derrière les épineux/elle va pisser.

ça papillonne bleu-nacré
au ras de la lande


J’ai écrit une fois quelque part: ‘apprendre à regarder par le regard des autres’, et c’est bien ce qui se passe à chaque fois que je fais découvrir des coins de mon environnement à des visiteurs d’Outre-manche. Donc partout dans les parcs Londoniens et ailleurs, Sherkane a repéré un phénomène qu’elle imagine mal se produire en France dès qu’un brin de soleil se pointe

partout
des corps blancs presque nus
allongés dans l’herbe


Ah, le jeu de trouver des liens ! Nous avons débuté le Renku en buvant du thé et consommant des ‘scones and clotted cream’, normalement une spécialité du Devon. Pas la meilleur de nos dégustations mais un vert en face du regard que j’ai photographié

mousses et fougères
recouvrent le toit de briques


Aller encore plus haut, du ras de l'herbe en montant sur un toit, revenir en arrière dans nos souvenirs tout frais, Sherkane nous ramène à notre visite de la veille (une première pour moi aussi) à la tour la plus haute d’Europe (pour l’instant). Au 69iéme étage à ciel ouvert

à la nuit tombée
trinquer en haut du Shard…
Londres s’illumine


Le champagne est servi dans des flûtes en plastique à ceux qui payent un prix encore plus exorbitant que le notre mais sans confort aucun, tous debout à se choper les meilleurs emplacements pour mitrailler au téléobjectif un monde de fourmis. Renku oblige, une lune d’automne, empruntée à l’été mais qui le saurait sans d’autres explications.

a clear crescent
stencilled on black


Une semaine après le Ramadan, le premier croissant un peu grandi, poursuivait sa course vers l’Ouest; les mots me sont venus et resteront en Anglais. ‘Stencilled’ = fait au pochoir très difficile à traduire en un seul mot : un croissant bien défini/au pochoir contre fond noir
Comment incorporer les saisons sans trahir notre intention de ne se servir que de nos impressions du séjour ? Puisque lune est l’automne que diable y ajouter? Une petite discussion plus loin sur l’utilisation des Kigo, la résurgence d’une petite bête du parc de Greenwich, le premier jour, qui nous a dévisagées un long moment

pose-t-il? mange-t-il?
l’écureuil
droit comme un ‘i’


A moi d’être coincée pour faire un lien digne de la proposition précédente. Petite bestiole qui s’enfuie à la moindre peur, un style direct en questions ? Un ‘i’ comme une lune sur un clocher jauni, mais on ne la refait pas. Ah, enfin ! Quelqu’un n’a-t-il pas pris la fuite il y a une heure environ quand nous descendions le flanc de la dernière falaise vers l’estuaire de la très sinueuse rivière


effarouché par la question
le gosse qui ne parle pas la langue


Sherkane avait approché le jeune garçon tenant un chien en laisse pour s’enquérir de la race. Pendant que je corrigeais à haute-voix la prononciation de ‘bred’ en ‘breed’ (brède en briide) en arrière plan, un groupe d’adultes en amont nous criaient ‘il ne parle pas anglais’ pendant que le môme battait en retraite nous laissant ébahies un instant puisque normalement maître de chien à maître de chien le dialogue est toujours facilité. par la gente canine.

‘Recast the previous verse’, ‘transformer la signification’ du vers précédent, un des moteurs du Renku. L’effarouchement, les falaises d’où nous descendons à peine, vouloir malgré la gravité du sujet marquer les découvertes autres que flore et faune imprimées dans le paysage depuis les envols de 400.000 aviateurs pendant 39-40 des hauteurs de Beachy Head à un phénomène plus récent et régulier…


sur les falaises mangées par la mer
les nombreux hommages
aux suicidés


DEVASTATED ! ‘’We lost
our pier’’ dit notre hôtesse


Le gros titre du journal local avec les photos de la jetée d’Eastbourne en flammes quelques jours avant notre arrivée: destruction quasi-totale du premier pavillon en début de jetée par un incendie d’origine peut-être criminelle. Construites pendant la période Victorienne, ces jetées s’avançant de plusieurs centaines de mètres dans la mer étaient à but purement ludique. Suite aux grandes tempêtes d’avant l’an 2000 et à la vétusté et manque d’entretien de beaucoup, il en reste peu. C'est le pur hasard qui nous a amenées ici pendant une semaine historique pour cette petite ville

la veuve Russe
le divorcé de Ceylan:
deuxième amour


Notre hôtesse,du Fairlands Hotel (allez-y si vous passez par là-bas) avait un fort accent   d’Europe Central, quelques signes par-ci par-là dans l’hôtel d’un lien avec l’Indouisme dont je demandai l'origine le matin de notre départ. Elle se met à me raconter son histoire, veuve à 37 ans d'un mari pilote, elle est allée soutenir une de ses amies à St Petersburg pour une opération du cancer du sein en l'an 2000. Le matin où les docteurs leur ont dit qu’elle était hors de danger, elle est sortie dans la rue euphorique en louant Dieu que tout aille bien maintenant pour son amie. Un ‘étranger’ l'a approchée, lui a demandé si par hasard elle parlait Anglais et elle a pu l’assister dans quelques démarches. Il travaillait alors pour Nestlé, l’Oréal et autres boites mais était basé en Angleterre. Ils ont correspondu, se sont revus pour des vacances en 2001 et 2002 et ont décidé de se marier en 2003. Ça fait onze ans qu’ils sont maintenant ensemble. Qu’aurai-je pu mettre d’autre pour la position de l’amour?

ici dans parcs et hôtels
bienvenue à mes amis les chiens


Sherkane s’arrêtait toujours partout pour s’enquérir des notices publiques ayant traits aux chiens, commentant souvent qu’ici au moins ils avaient l’air plus facilement admis dans les lieux publiques. Elle avait laissé sa nouvelle petite chienne Javane, une Border Terrier chez une amie pour se rendre dans la perfide Albion.

au méridien zéro
ils ont découpé le monde
comme une orange


Un lien entre l’ici et le là-bas de deux jours auparavant, une manière d’inclure notre première ballade quelques heures après l’arrivée de Sherkane. D’une ferme de ville, Mudchute, en passant par le tunnel piéton sous la Tamise pour arriver près du Cutty Sark, trois-mâts musée en cale sèche, nous avons grimpé sur la colline de l’Observatory d’où la vue sur Londres est splendide par temps clair.

le sillage du bateau-bus
jusqu’à laTower


Un clin d’œil par le vécu de notre excursion à la vocation navale de l’Angleterre : nous avons pris le bateau-bus hyper rapide pour rentrer, pensant nous arrêter au Tower Bridge et  à la Tower of London. Bien assises et à la nuit tombée, nous décidons de continuer jusqu’au Parliament et Big Ben pour profiter des illuminations nocturnes.

je lui cite ;
‘’The winter of our discontent’’
saluting the old bard


Il nous faut placer au moins une autre saison avant le printemps, mais comment le faire en restant fidèle à notre plan de rester dans le ‘shasei’. Depuis la Tower, je pense aux fêtes foraines quand la rivière gelait encore au Moyen-âge, mais rien ne vient quand soudain…
Un grand merci au vieux barde, nom communément et cavalièrement  alloué à William Shakespeare. ‘ Maintenant que l'hiver de notre mécontentement’ est la première phrase  de la pièce Richard III.
Les bords de la Tamise pullulent de bâtiments historiques et d’autres reconstitués tel le Globe, théâtre de Shakespeare qui aurait bien pu être à l’emplacement même du répliqua construit sur la rive opposée de la cathédrale St Paul, devant lequel glisse le bateau-bus

du thé, encore du thé
pour se réchauffer


Le beau temps nous a vraiment accompagnées. Une seule grosse averse à Eastbourne le soir en rentrant à l’hôtel, mais du thé en toute saison et à tous les goûts depuis que la mode des thés verts, rouges et blancs suppléante le bon vieux thé torréfié avec une goutte de lait qui sévit depuis l’époque Victorienne. Nous sommes restées fidèle à la tradition qui de plus nous offre un deuxième vers qui peut évoquer l’hiver.

un baryani
épicé comme il faut
en faim de route


Le lien boisson/nourriture me vient assez facilement à l’esprit mais la troisième ligne se fait attendre tout autant que celle qui me rend visite a dû attendre le premier soir d’aller enfin ‘casser la dalle’ à Brick Lane. Il était plus de onze heures du soir quand revenant de Big Ben en passant par le quartier politique (White Hall où des photos d’enfants palestiniens nous ont arrêtées un moment), nous passons enfin la commande à un serveur Bengalais.

de voiles en voiles
des perles de culture


Jusqu’à ce vers, nous avions écrit le Renku en plusieurs étapes : débuté à la ferme/centre des visiteurs d’Exceat à l’embouchure de la rivière Cuckmere, poursuivi assises face à la mer au dessus du phare de Belle-Tout, lors du retour pour rendre la voiture à l’aéroport de Gatwick, dans le train-express pour la gare Victoria. Nous voilà donc dans le métro bondé, rempli à l’habituel de toutes sortes, mais de l’inévitable ‘hijab’ et de langues babéliennes. L’air du large commence déjà à manquer… mais que serait la nature sans les hommes…. et surtout sans les femmes. Nous hésitons à spécifier un des voiles pour rendre plus concret l’allusion au double sens mais l’original semble mieux couler…. ou se laisse mieux porter par le flot du langage de marée haute en marée basse au flux toujours renouvelé.

la guerre de 14
racontée par des poilus
en Haïku


C’est le Haïku puis le Renku qui ont cimenté la relation Sherkane/Sprite et les perles d’une autre culture font maintenant le lien. Sherkane a découvert "En pleine figure" en lecture de pré-sommeil dans mon petit appart de l’Est Londonien. Comment, mais comment le faire suivre maintenant du printemps requis et attendu ?

les buissons de barbelés
se couvrent d’églantines !


Passé en revue tout ce qui aurait pu évoquer le printemps pendant nos quatre jours ensemble, rien ne vient pendant que nous buvons un thé, un de plus, mais Marocain celui-ci avec des herbes du désert et du miel de Kigali. L’agnelage des moutons de Mudchute Farm ? les fleurs évoquées sont toutes d’été, les égrainages qui m’arrivent en tête n’ont rien à voir avec notre séjour…

Il se fait tard et le sommeille gagne, nous remettons à demain avec provision d’utiliser un des haïku du recueil laissé aux bons soins de Sherkane. Au ‘breakfast’ après quelques propositions, de René Druart le poème ci-dessus, omettant le fragment  ‘Miséricorde d’Avril’, gagne mon vote. Les barbelés évoquent également beaucoup des lieux que nous avons pu voir, du sommet des falaises au derrière de la résidence Royale en passant par les beaux quartiers de l’Ouest, la ferme de Mudchute et certains parcs de l’East End, entourés de barrières, de piques, de clôtures électriques, etc.

flâner
et prendre le temps d’humer
the traveller’s joy


Joie du voyageur, ainsi se nomme en anglais la clématite sauvage qui se transforme en ‘barbe de vieil homme’ ‘old man’s beard’ à l’automne quand les graines débordent des gousses prêtent à s’envoler au vent comme un duvet léger.
Sur le haut des falaises de craie, des buissons de clématite sauvages partout de ci, de là.

Parfois appelée aubavis, aubervigne, bois à fumer, bois de pipe, cranquillier, herbe aux gueux, vigne de Salomon ou viorne des pauvres. La dénomination herbe aux gueux provient de l'utilisation de ses feuilles irritantes par les mendiants pour s'infliger volontairement des ulcères afin de susciter la pitié. Son bois était fumé, d'où son nom de « Bois de pipe ». Cette liane est aussi utilisée dans la vannerie.

every cloud
has its silver lining


Proverbe courant anglais. Sherkane décide de son utilisation en tant qu’Ageku dès que je lui explique la signification quand, sur l'autoroute du retour,  devant nous, plein Nord-Ouest un liseré doré définit l’orée d’un groupe de nuages vers l’horizon. On dirait une formation de montagnes dans le lointain et une portion seulement a ce liseré très défini qui brode les contours des nuages. Aucuns tons rosés rouges ou mauves souvent associés au crépuscule. Un ciel bleu au-dessus de nous, ces nuages au-loin et leurs crêtes ciselées de cette enluminure.

Nous reconnaissons qu’aucun autre vers n’aurait aussi bien servi de compte-rendu pour nos quatre jours bénis de clins d’œil positifs de l’Univers : un gars qui dans un français parfait nous aide à prendre nos billets en gare en un temps record, la location de voiture non exécutée d’avance qui s’avère plus appropriée quand nous changeons nos plans et décidons d’éviter Brighton, hôtel trouvé aussi en temps record et juste à coté du front de mer.
Sur fond de sujets plus lourds et difficiles à évoquer comme  les pertes humaines subies par l’aviation lancée de ces falaises pendant la deuxième mondiale, l’évocation un peu partout de la crise en Palestine et surtout le nombre de suicides dans des lieux voués à la beauté puissante de paysages qui reculent sous les assauts des tempêtes.

Vraiment, chaque nuage à sa lisière/sa doublure d’argent. Ce doit être pour ça que les Japonais de l’ancien temps dont un certain Bashô qui pleura amèrement en contemplant ce qu’il restait des rêves d’anciens guerriers, assis dans son  herbe d’été, avait décidé de toujours terminer leurs collaborations poétiques par le printemps et son renouveau.

Nous n’avons pu placer ni la Vipérine, si abondante sur notre parcours, ni les Huitriers pies noirs et blancs, ni tant d’autres petites choses… mais de nos plumes  au vent, qui sait ce qu’il sortira à l’avenir.


Londres/Eastbourne/Seven Sisters
31 Juillet- 3 Aout 2014

Source: Externe                 Source: Externe

SHERKANE et Sprite

Posté par cassymary à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

05 septembre 2014

Virée à Londres -6-

Avec Sprite nous avons la passion commune du haiku et du renku. Lors de mon séjour chez elle, elle me fait découvrir un livre magnifique que je ne peux que conseiller à tous de lire :

« En pleine figure » haiku de la guerre de 14-18. Edition Bruno Doucey. Anthologie établie par Dominque Chipot.

Découvrir que le haiku en France date de la première guerre mondiale me laisse bouche bée. Lire ces haiku se révèle pour certains d’entre eux un coup en « pleine figure » !

Comme une rencontre avec Sprite s’accompagne toujours d’un petit renku en live, nous décidons d’en faire un qui retracera les points forts de ces derniers jours. Si nous souhaitons n’évoquer que des faits de ces 5 jours il nous faudra quand même respecter quelques règles du renku, notamment les saisons. Challenge intéressant !
Nous sommes en Angleterre. De manière très naturelle et sans préméditation, certains vers seront en anglais…

Voici le résultat :

Prendre le temps / Traveller's joy

no wind –
in the Seven Sisters’ buttock
only waves’ sound (Sherkane)

ça papillonne bleu-nacré
au ras de la lande (Sprite)

partout
des corps blancs presque nus
allongés dans l’herbe (Sherkane)

mousses et fougères
recouvrent le toit de briques (Sprite)

à la nuit tombée
trinquer en haut du Shard…
Londres s’illumine (Sherkane)

a clear crescent
stencilled on black (Sprite)

pose-t-il? mange-t-il?
l’écureuil
droit comme un ‘i’ (Sherkane)

effarouché par la question
le gosse qui ne parle pas la langue (Sprite)

sur les falaises mangées par la mer
les nombreux hommages
aux suicidés (Sherkane)

DEVASTATED ! ‘’We lost
our pier’’ dit notre hôtesse (Sherkane)

la veuve Russe
le divorcé de Ceylan:
deuxième amour (Sprite)

ici dans parcs et hôtels
bienvenue à mes amis les chiens (Sherkane)

au méridien zéro
ils ont découpé le monde
comme une orange (Sprite)

le sillage du bateau-bus
jusqu’à la Tower (Sherkane)

je lui cite ;
‘’The winter of our discontent’’
saluting the old bard (Sprite)

du thé, encore du thé
pour se réchauffer (Sherkane)

un baryani
épicé comme il faut
en faim de route (Sprite)

de voiles en voiles
des perles de culture (Sprite)

la guerre de 14
racontée par des poilus
en Haïku (Sherkane)

les buissons de barbelés
se couvrent d’églantines !*

flâner
et prendre le temps d’humer
the traveller’s joy (Sherkane)

every cloud
has its silver lining**


*René Druart
**proverbe courant anglais

Source: Externe

SHERKANE

Posté par cassymary à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


03 septembre 2014

Virée à Londres –5-

Après 1 jour et demi passé à parcourir Londres et découvrir encore d’autres quartiers (Nothing Hill, quartier des huguenots…) nous voilà décidées à aller faire un petit tour sur la cote. Rien n’a été planifié d’avance. Nous savons seulement que nous irons au Sud de Londres autour de Brighton. Il nous faut trouver une voiture à louer, pour l’hôtel on verra sur place. 
Rien de préparé mais la chance nous sourira tout au long de cette escapade pour nous offrir une belle petite virée.
Nos pas nous amènent à Eastbourne, petit ville balnéaire du Sussex. Nous arrivons dans une ville en plein émoi !

Devastated !
« Two days ago we lost our pier »
dit notre hotesse

L’Angleterre est célèbre pour la beauté de ses nombreuses jetées de l’ère victorienne. Véritables ouvrages d’art en bois s’avançant sur pilotis jusqu’à 300 mètres dans la mer. Lieux ludiques, salons de jeux, salons de thé, restaurants sont construits tout au long de ces jetées.
Fragiles, de nombreuses ont disparues suite à un incendie ou à des marées destructrices.






L’incendie de celle d’Eastbourne n’a touchée que la première partie, le premier salon de jeux. Le reste a pu être protégé des flammes grâce aux pompiers. La structure reste solide et la jetée pourra être réparée. Nous apprenons que l’état a déjà donné son accord pour financer 2 millions de livres pour la reconstruire.
Une question sur toutes les lèvres : accident, négligence, malveillance ? Nous achetons le journal local. 11 pages dédiés à cet événement ! A grand renfort de photos prises par les vacanciers et de tweets échangés.
Nous passerons la journée du lendemain à marcher le long des falaises de craie. Des falaises grignotées peu à peu par la mer. La côte recule comme toutes celles de l’Angleterre.







Au dessus des flots
une barrière délabrée se perd
Cri des goélands



Nature et histoire ! Ce sont de ces falaises que des aviateurs anglais décollaient lors de la guerre de 39-40. Ce sont de ces falaises que de nombreuses personnes décident régulièrement de mettre fin à leurs jours.

Discrètes croix -
Les nombreux hommages
aux suicidés





C’est sur ces falaises que j’apprends par un mail que la personne qui garde Javane ma nouvelle petite chienne vient d’euthanasier Rolls son vieux berger australien. Rolls est allé rejoindre Sherkane perdu en mars… 
Temps superbe. Propice à la flânerie.
Nous restons un moment à suivre le ballet des argus bleu nacré au ras de la lande. Sprite craque sur la fleur de vipérine, moi pour le vol d’une bande d’huitriers-pie.



Nous humons les buissons de fleurs de chèvrefeuille mais qui malheureusement sont sans parfum. Je souris aux noms vernaculaires anglais de la clématite : « Traveller’s joy » quand elle est en fleur, « Old man’s beard » quand elle est en fruit.
Nous avons quelques autres âpres discussions botaniques. Pas toujours d’accord sur l’espèce de fleur rencontrée. Internet sera le juge de paix !
Il est temps de rentrer. Alors que nous roulons sur l’autoroute, nous assistons à un phénomène météorologique que je n’avais encore jamais vu ! Phénomène éphémère et semble t’il assez rare: « silver lining » en anglais ou « bordure argentée » en français.
Au fond de l’horizon une bande de nuages épais faisant penser à une montagne au loin. Et sur une partie des ces nuages une bordure argentée qui apparaît suite à la diffraction du soleil qui brille derrière ces nuages.
Photo et explication trouvée sur le Net :

Le Soleil brille directement derrière la masse nuageuse créant une bordure de lumière très éclatante autour du nuage. C'est la diffraction de la lumière solaire par les gouttelettes d'eau qui provoque ce phénomène qu'on n'observe qu'aux extrémités des nuages. Les nuages doivent être épais pour créer ce phénomène. C'est la bordure externe qui doit être mince et moins dense pour que l'effet lumineux se produise.
Le spectacle est si beau que je propose à Sprite de finir notre renku commencé par le dicton anglais qu’elle vient de me dire : « every cloud has its silver lining »
Un ageku qui évoque aussi bien la beauté de ce phénomène météorologique  que le sens métaphorique de ce dicton : dans toute chose négative il y a quelque chose de positif.
Notre virée sur la côte et plus généralement mon séjour chez Sprite aura vraiment eu lieu sous des auspices des plus favorables !

SHERKANE

Posté par cassymary à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

01 septembre 2014

Kal’manach de l’été : Semaine 35

Du 1er au 7 septembre 2014

Le dicton du jour : « Septembre est souvent comme un second et court printemps. »

Le prénom de la semaine : GREGOIRE

 Le prénom Grégoire vient du grec egregorien, « éveillé, qui veille ». Il se répandit dans toute l’Antiquité chrétienne, puis, grâce à la renommée de Grégoire Le Grand, dans toute l’Europe catholique. Grégoire est encore un prénom courant en Russie, en Allemagne, aux États-Unis et jusqu’en Australie ; même l’Angleterre protestante l’a adopté depuis une quinzaine d’années, et il jouit actuellement en France d’un renouveau certain tant sous sa forme française que sous sa forme anglaise Gregory.

Honoré le 3 septembre, Grégoire le Grand (540-605) fut pape durant ses quinze dernières années ; patron des musiciens et des chanteurs, il fut à l’origine des réformes du chant liturgique qui aboutirent au chant grégorien. Dans sa jeunesse, il avait, après de solides études, distribué ses biens aux pauvres et transformé en monastère sa propre demeure. Son influence et son œuvre dans l’Église furent non seulement musicales, mais aussi sociales et spirituelles. On le considère comme le véritable fondateur de l'Église romaine.

Ce jour-là : Naissance d’une légende mondiale

Le 1er septembre 1946, la marque Piaggio lance la Vespa (guêpe en italien).  "Sembra una vespa !", se serait écrié l’industriel Enrico Piaggio, en découvrant les premiers croquis du deux-roues au lendemain de la guerre. "On dirait une guêpe !" Avec sa taille fine, ses flancs arrondis et le bourdonnement de son moteur : le nom est resté.

Quand commence l’histoire de la Vespa, l’usine Piaggio près de Pise a été bombardée par les Alliés. L’industriel, qui fabriquait des trains et des avions de chasse, doit se reconvertir. L’idée initiale était de disposer d’un moyen de transport qui permettrait, à moindre coût, de transporter homme comme femme sans qu’ils ne se salissent. "L’idée était de motoriser l’Italie, de faire entrer le pays dans la modernité".

Le succès est immédiat et ne se démentira jamais. Qui ne se souvient du film de William Wyler « Vacances Romaines » en 1953, dans lequel Audrey Hepburn et Grégory Peck visitent Rome en Vespa. Ils ne seront que les premiers d’une longue énumération d’acteurs et d’actrices d’envergure internationale que l’on verra sur le plus célèbre scooter du monde.

Vacances Romaines

Et la marque est devenue une légende. Depuis 1946, 18 millions de ses scooters ont été vendus dans le monde. Et voici qu’en 2013 arrive la Vespa 946, hommage au premier modèle, le prototype MP6, avec sa carrosserie monocoque en guise de châssis, qui enveloppe le moteur, la transmission, la batterie et la boîte de vitesses. Un retour vers le futur pour… 7.500 euros.

Trucs et astuces : Pour conserver l’ail dans l’huile, éplucher vos gousses, mettez-les dans un pot et recouvrez-les d’huile. Vous obtiendrez une huile aromatisée pour vos salades et de l’ail prêt à l’emploi.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Flan aux prunes

Pour 4 personnes, il vous faut : 400 g de prunes noires ; 150 g de fromage blanc ; 3 œufs ; 2 cuillères à soupe de farine ; 5 cuillères à soupe de sucre en poudre ; 100 g d'amandes en poudre ; un peu de kirsch ; un peu de beurre pour le moule.

Préchauffez votre four à 180°C,

*Dénoyautez les prunes, lavez-les et disposez-les dans votre plat qui doit être beurré,

*Mélangez le fromage blanc, la farine, le sucre, les œufs, les amandes et quelques gouttes d’alcool de prunes (facultatif),

*Mettez votre préparation dans votre moule et faites cuire pendant 45 minutes.

Le saviez-vous ? Connaissez-vous le plus petit félin du monde ? Il s’agit du chat rubigineux (Prionailurus rubiginosus) ou chat rougeâtre, originaire du sud asiatique et plus particulièrement du Sri Lanka. Son poids varie de 900g à 2kg, avec une moyenne de 1,1 à 1,6 kg pour les femelles et de 1,5 à 1,8 kg pour les mâles. Son nom vient de la couleur de sa fourrure courte et douce teintée de petites taches allongées rouges rappelant la couleur de la rouille.

On trouve le chat rougeâtre dans les prairies, les zones broussailleuses et les forêts claires. Seule la sous espèce du Sri Lanka du nord se rencontre dans les milieux secs.
Difficilement observable (il existe moins de 10 photos de cet animal à l'état sauvage ), on ne connait que peu de chose de ce petit félin. Il chasse la nuit et s'attaque à de petits mammifères, à des oiseaux ou encore à des insectes. Solitaire, le chat rubigineux passe les journées dans le creux d'une souche.

Chat rubigineux

La reproduction n'est connue qu'à travers les expériences réussies en captivité. La femelle donne naissance à un ou deux chatons qu'elle alimente pendant quelques semaines.

Le chat rubigineux, comme tant d'autres félins, est d'abord menacé par la déforestation. Il a besoin pour vivre d'un minimum de couvert forestier, et les forêts, dans les deux seuls pays où il vit, l'Inde et le Sri Lanka, sont petit à petit grignotées par les activités humaines. Bien que l'espèce soit protégée dans les deux pays, le braconnage n'est pas non plus à négliger : des chats rubigineux se font tuer lorsqu'ils s'en prennent à des volailles domestiques, sont chassés pour leur fourrure, ou alors capturés pour être vendus comme animaux de compagnie. L'espèce est également menacée par l’hybridation avec le chat domestique. On estime qu'il reste aujourd'hui moins de 10 000 chats rubigineux, avec aucune population ne dépassant 1000 individus.

Seuls 7 parcs zoologiques au monde en hébergent, dont le Parc des Félins en Seine-et-Marne, où ils se reproduisent régulièrement.

Chat rubigineux

Origine de l’expression : Taper dans l’œil

Cette expression qui signifie plaire à quelqu'un date du 17ème siècle. A cette époque on disait d'une femme qui plaisait à un homme qu'elle lui "donnait dans la vue". Le passage du verbe "donner" à "taper" se serait effectué au milieu du 19ème siècle, donnant ainsi plus de force à l'expression. Le thème du regard a toujours été mis en œuvre pour désigner le coup de foudre amoureux.

Taper dans l’œil de quelqu'un, c'est l'éblouir, beaucoup lui plaire. L'expression peut également être employée pour des objets matériels qui plaisent beaucoup.

Jeu : L’anaphrase de la semaine dernière n’ayant inspiré personne, je la soumets de nouveau à votre sagacité ;

Pour donner un sens à la phrase ci-dessous, il faut remplacer les pointillés par des anagrammes formés de toutes les lettres des tirages correspondants.

 

Sur Minitel, on pouvait aussi ............ sans idée de ..........

Tirage : A D E G I L O R U.

Du côté de chez… ARSENE LUPIN

Ou plutôt du côté de la maison d’été de son créateur, Maurice Leblanc.

En Normandie, " Le Clos Lupin, Maison Maurice Leblanc " a ouvert ses portes au public, en juin 1999, sous l’impulsion de la petite-fille de l’écrivain.

Maurice Leblanc a situé quelques-unes des aventures du Gentleman Cambrioleur dans le pays de Caux et à Etretat même. La magnifique villa arborée typiquement cauchoise du 19ème siècle, en plein cœur de la ville, est la demeure dans laquelle l'auteur a imaginé la plupart de ses romans avec pour héros Arsène Lupin.

La visite se déroule de manière vivante et ludique : au seuil de la maison, le visiteur est accueilli par " Grognard ", le célèbre valet d’Arsène Lupin, en gilet jaune rayé de noir. Puis, muni d’un casque audio à infrarouges il va suivre (en français ou en anglais), toutes les étapes du parcours.

Une porte s'entrouvre sur le cabinet de travail en rotonde de Maurice Leblanc et l'histoire commence. C’est l'écrivain qui prend la parole le premier pour quelques mots de bienvenue et quelques confidences. Puis, quelqu'un s'introduit dans le cabinet… une voix inoubliable… celle de Georges Descrières, c'est Arsène Lupin ….

" …Je vais vous faire visiter la maison, vous avez de la chance d'être tombés sur moi, vous ne trouverez pas de meilleur guide. Allons-y, suivez-moi, ne vous égarez pas, les couloirs secrets ne manquent pas, et puis…gardez vos mains près de vos poches et de vos sacs, mesdames, on ne sait jamais… ".

Commence alors un voyage dans son repaire pour découvrir ses exploits, ses traits d'esprit, ses conquêtes féminines, ses multiples personnalités… mais aussi résoudre avec lui l'énigme de l'Aiguille Creuse. Mise en scène, jeux d'ombres et de lumières, ambiances sonores, atmosphère de mystère… en un mot tout l’univers des romans qui ont fait le tour du monde.

(Sources : Etretat.net)

Clos Lupin

La phrase de la semaine : «Un film n’est pas une tranche de vie, c’est une tranche de gâteau. » (Alfred Hitchcock)

 

Posté par Nerwen 33 à 09:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 août 2014

Virée à Londres -4-

Comme toutes les grandes villes Londres n’a quand même pas résisté à la verticalité ! Le quartier d’affaires de Canary Wharf rempli grandes tours de bureaux rectangulaires, était rejeté loin à l'extérieur de la ville mais voilà que des gratte-ciel en verre apparaissent en plein centre de Londres ! Sprite n’apprécie pas beaucoup mais ce n’est pas pour me déplaire ! J’aime leurs formes plus ou moins futuristes et les reflets qui se prennent dans leurs façades.

Source: Externe

Ces gratte-ciels ont été baptisés par les londoniens : le "Cornichon", la "Râpe à fromage", le "Talkie-Walkie".
Je laisse à chacun le soin de trouver qui est qui.

Source: Externe

Au bord de la Tamise, en face de la City, le plus grand gratte-ciel de Londres et d’Europe. Le Shard (« l’esquille » ou « l’éclat de verre ») est une gigantesque pyramide de verre de 310 mètres de haut. L'architecte italien Renzo Piano avoue que sa tour se termine par une "folie" : les pointes ne se touchent pas, elles s'achèvent sur des angles brisés. Comme une cassure dans le ciel.

Dernier bateau-bus -
L’horizon s’embrase de rouge
tout à l’Est du Shard

Source: Externe

Source: Externe

C’est beau une ville la nuit.

Douce nuit d’été –
Passer Tower Bridge illuminé
en bateau-bus

Source: Externe

Retour de Big Ben
Sur le chemin de Whitehall
un appel à la paix

Source: Externe

Source: Externe

L’actualité nous rattrape avec ces fleurs déposées en souvenir de chacun de 26 enfants morts en Palestine dans l’opération « bordure protectrice ».

C’est beau une ville la nuit surtout vu de haut !

Londres s’illumine –
La foule de touristes se presse
contre les baies du Shard

Source: Externe

Source: Externe

 

Source: Externe

 

 

De SHERKANE

Posté par cassymary à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

27 août 2014

Virée à Londres -3-

Le méandre de la Tamise  le plus sinueux délimite « l’ile aux chiens ». Autrefois des marais, c’est là que furent construits les docks. Les alluvions retirées du dragage du fleuve pour la construction du Millwak Dock ont été déversées  sur une zone appelée  « Mudchute ».
 
Ces alluvions fertiles ont permis la création d’une ferme urbaine de 32 has quasi au pied du complexe des tours de verre du Canary Wharf. Adultes et enfants peuvent gratuitement venir s’y détendre et voir de nombreux animaux.
 

Source: Externe

Image tirée du net

Un tunnel souterrain piéton permet de traverser la Tamise pour aller au Sud direction l’observatoire et le parc de Greenwich. L’accès au tunnel se fait de part et d’autre des deux rives par des ascenseurs et des escaliers situés sous de petits dômes. Pour la petite histoire, les londoniens appellent ces dômes les tétons de la reine Victoria entre lesquels coule la Tamise !
 
Au sommet de la colline, une halte historique au méridien de Greenwich et une vue dégagée sur l’ile aux chiens et son complexe de bureaux de banque du Canary Wharf.  

Source: Externe

Londres est une ville à taille humaine. Les immeubles et les maisons ne dépassent guère deux ou trois étages. Et surtout, de nombreux parcs répartis dans toute la ville offrent aux londoniens l’aération dont tout citadin a besoin. Hyde Park, Greenwich Park sont parmi les plus vastes et les plus connus mais il y en a toujours un à quelques minutes à pied de chez soi. Juste en dessous de là où habite Sprite un petit parc et à une vingtaine de minutes à pieds deux autres plus grands avec étang. Quelque soit la taille du parc les chiens sont les bienvenus (cela change de la France !). Des arbres centenaires et majestueux offrent une ombre agréable. Des pelouses immenses permettent aux enfants et adultes de jouer au ballon ou de se prélasser. Les londoniens n’ont aucun complexe dès qu’un rayon de soleil perce leur fog !
 

Juillet à Londres
Des corps allongés presque nus 
dans les parcs


 
Dans les parcs, nous rencontrons l’écureuil gris venu des Etats unis, soupçonné de provoquer la disparition des écureuils roux, et la perruche à collier qui envahit toutes les capitales européennes.

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

 

Source: Externe

De SHERKANE

Posté par cassymary à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

25 août 2014

Kal’manach de l’été : Semaine 34

Du 25 au 31 août 2014

Le dicton du jour : « Lune brillante et blanche en même temps, promet plusieurs jours de beau temps ; »

Le prénom de la semaine : SABINE

Le prénom Sabine est un prénom d'origine latine qui vient des Sabins, ancienne tribu du centre de l'Italie. Un épisode légendaire de l'histoire romaine raconte comment Romulus et ses hommes, qui manquaient de femmes pour assurer leur descendance, enlevèrent plusieurs dizaines de jeunes Sabines. Une guerre s'ensuivit, qui se termina par un traité d'alliance entre les deux peuples : ils finirent par fusionner.

Sabine et sa forme masculine, Sabin, fut un prénom assez répandu dans l'Antiquité et au Moyen Âge. Il disparut ensuite et ne réapparut qu'au 17ème siècle. Il est depuis en usage régulier, bien que peu fréquent, dans plusieurs pays européens, en particulier en Allemagne. En France, il eut un certain succès entre 1950 et 1980.

Sainte Sabine, honorée le 29 août, était une riche romaine du début du 4ème siècle. Elle légua à la communauté chrétienne la grande propriété qu'elle possédait sur la colline de l'Aventin. On y construisit plus tard, en sa mémoire, une belle église qui attire aujourd'hui de nombreux touristes.

Ce jour-là : Naissance des auberges de jeunesse

Le fondateur du mouvement des Auberges de Jeunesse est un instituteur allemand, Richard Schirrmann. Il emmenait souvent sa classe en excursion et en randonnée. Ces sorties pouvaient durer plusieurs jours, et Schirrmann et ses élèves dormaient alors dans des fermes. Au cours de l’une des ces sorties, le 26 août 1909, le groupe fut surpris par l’orage. Ils trouvèrent finalement refuge dans une école, dans la vallée de Bröl. Le directeur leur permit d’utiliser une salle de classe et un fermier leur donna de la paille pour dormir et du lait pour le dîner. A partir de là, Schirrmann pensa que les écoles allemandes pouvaient parfaitement servir de lieu d’hébergement pendant les vacances. La première véritable auberge ouvrit en 1912, installée dans le vieux château d’Altena, dans l’ouest de l’Allemagne. Le concept eut immédiatement du succès et le mouvement se développa rapidement en Allemagne mais aussi en Europe. Au début, les associations des différents pays n’avaient que peu de contact entre elles, mais en 1932 eut lieu la première conférence internationale qui se déroula à Amsterdam, le mouvement commença à se répandre aux USA et bientôt, une fédération vit le jour…

Avec le temps, le concept des auberges a évolué, elles se sont adaptées aux changements de la société et se sont de plus en plus modernisées. On est désormais bien loin des dortoirs de fortune aménagés dans des écoles pendant la période estivale ! Elles sont généralement ouvertes toute l’année, disposent d’infrastructures et d’équipements modernes, accueillent les voyageurs sans limite d’âge en leur garantissant des prix abordables et un service de bonne qualité, avec en plus une atmosphère unique.

Trucs et astuces : Si vous avez oublié des pommes et qu’elles sont toutes ridées, plongez-les un moment dans de l’eau très chaude, elles redeviendront lisses.

J’ai testé pour vous (recette de cuisine) : Bouchées au bacon

Ingrédients pour 4 personnes :1 œuf ; 70 g de farine ; 125 g de lait demi-écrémé ; sel et poivre ; une pincée de curry ; 70 g de bacon ; 40 g de gruyère râpé.

*Coupez votre bacon en petits morceaux ; Mélangez l’œuf, la farine et le lait, ajoutez-y le curry,

*Mettez vos petit morceau de bacon dans des moules à muffin, ajoutez-y la pâte,

*Parsemez vos petites bouchées de gruyère râpé,

*Faites cuire au four pendant 10 minutes à 200°C

Le saviez-vous ? CNN nous révèle qu’un adolescent américain de 14 ans a trouvé le moyen de faire faire de substantielles économies à son collège, en changeant simplement de police de caractère lors d'une impression. Réduire la consommation d'encre limite forcément l'achat de nouvelles cartouches. Après avoir soigneusement étudié la consommation d'encre des grandes polices de caractères, le jeune homme a constaté que la "Garamond" est la police la moins gourmande. Des calculs ont été immédiatement réalisés et révèlent qu’abandonner "Times New Roman" au profit de "Garamond", pourrait faire économiser presque 470 millions de dollars par an, au gouvernement américain !

Une remarque qui pourrait faire économiser sur les frais de fonctionnement des entreprises : aux USA "l'encre coûte deux fois plus cher qu'un parfum français", (le prix de Chanel n° 5 est de 38 dollars les 30 ml, alors que la quantité équivalente d'encre pour une imprimante Hewlett-Packard peut valoir jusqu'à 75 dollars).

En France,  la commune de Saint-Maurice-Montcouronne, en Essonne a relevé le défi et espère ainsi diminuer de 24 % la consommation d’encre d'encre en changeant les caractères utilisés dans les documents de la mairie, ceux-ci restants,  aux dires des administrés, aussi lisibles qu’avant.

Polices

Origine de l’expression : Parler à la cantonade

Cette expression qui signifie parler sans s’adresser à quelqu’un en particulier, nous vient du monde du théâtre. Au 17ème siècle, le mot cantonade désigne d'abord les côtés de la scène où, à l'époque, sont assis les spectateurs privilégiés. Puis, quand ces emplacements ne furent plus occupés par des spectateurs, le mot finit par désigner les coulisses.
La locution à la cantonade apparaît au milieu du 18ème siècle. Il s'agit alors d'un jeu de scène où l'acteur fait semblant de s'adresser à quelqu'un qui reste invisible, car placé dans les coulisses.

Le sens actuel est une métaphore venue de cet emploi théâtral.. La personne qui parle à la cantonade dans une assistance nombreuse, ne vise pas un interlocuteur précis,  et n’en attend aucune réponse.

Jeu : Anaphrases

Pour donner un sens à la phrase ci-dessous, il faut remplacer les pointillés par des anagrammes formés de toutes les lettres des tirages correspondants.

 Sur Minitel, on pouvait aussi ............ sans idée de ..........

Tirage : A D E G I L O R U.

Solution du jeu de la semaine dernière : Bravo à Mimi qui avait trouvé les deux mots de la phrase:

Le téléphone marchant mal, il faut RECOURIR au COURRIER.

Du côté de chez… MONET

Au cœur de Giverny, petit village de l’Eure en Haute-Normandie, se trouvent la maison et le magnifique jardin d’un de nos plus grands peintres impressionnistes, Claude Monet.

Monet s’installe à Giverny en 1883 et loue une maison qu’il achètera en 1890. Pendant plus de quarante ans, jusqu’à sa mort en 1926, Monet vécu en famille à Giverny, qui fut à la fois sa demeure, son lieu de création, et son œuvre. Passionné par la nature et aimant peindre en plein air, il va transformer le verger en jardin fleuri et fera aménager le Ru, petit affluent de l’Epte, pour établir un étang qui lui inspirera quelques uns de ses plus grands chefs d’œuvre, le plus connu étant la série des célèbres « Nymphéas ».

Aujourd’hui la maison, qui a conservé l’agencement d’autrefois, abrite notamment son salon-atelier et son exceptionnelle collection d'estampes japonaises. Les jardins sont composés du Clos Normand, conçu comme un tableau avec des ses parterres de fleurs, masses colorées qui changent au fil des saisons, et du Jardin d'Eau, planté de végétaux orientaux et de saules pleureurs, avec son pont japonais peint en vert et ses nymphéas.

Monet disait : « Je dois peut-être aux fleurs d’avoir été peintre. »

Giverny_-_maison_Claude_Monet01         giverny

 

La phrase de la semaine : Les petites choses n'ont l'air de rien mais elles donnent la paix. (Georges Bernanos)

 

Posté par Nerwen 33 à 10:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :